Melody: «Pour beaucoup, les jeux de rôle grandeur nature, ça s'apparente à une bande de geeks costumés qui se tapent dessus avec des armes en mousse!»

02/11/2012 // Categorie: Dossier




A la fin du mois de juillet dernier, plus d'un millier de personnes se sont réunies à Hensies, non loin de la frontière française, pour participer à Avatar, un jeu de rôle grandeur nature dans lequel différentes factions s'affrontent (dans la bonne humeur) pour une portion de territoire, tous déguisés de la manière la plus originale possible. Parmi eux, Melody Hellson (un alias), étudiante en graphisme à Saint-Luc à Bruxelles de 24 ans, nous explique sa passion pour ce nouveau phénomène.


GUIDO: Comment as-tu fait la connaissance des jeux "grandeur nature"?

Melody: J’avais 19 ans et j’étais animatrice dans la Freeeks-Factory, une troupe d’animation fantastique gore et post-apo qui a souvent fait des spectacles pour le BIFFF et des amis communs nous avaient appelés pour participer au premier opus de leur jeu de rôle grandeur nature (GN). Ils voulaient qu’on vienne pour mettre de l’ambiance dans leur ville.

GUIDO: Qu'est-ce qui t'a séduit dans ce concept?

Melody: A la base, j’adore me déguiser, je suis dessinatrice et j’invente constamment des concepts de personnages, surtout dans des univers fantastique post-apo et super-héros. Ce sont des genres que l’on retrouve souvent dans les GN et incarner enfin les personnages que j’ai couchés sur le papier tant en dessin que dans la conception d’un background (l’histoire et le caractère du personnage), c’est juste jouissif.

GUIDO: Quitter le monde réel pendant un week-end entier pour incarner un autre personnage, c'est une fabuleuse expérience?

Melody: Absolument. C’est d'ailleurs souvent frustrant quand ça se finit. Cela dépend bien sûr de l’univers dans lequel on se plonge. Certains GN sont plus "dépaysants" que d’autres, mais au final on peut toujours vivre quelque chose d’intense, même si ce n’est qu’une discussion avec un autre joueur.

GUIDO: Quel est le type de population qui participe à ce genre de rassemblement?

Melody: Je connais des gens qui font du GN depuis plus de 20 ans, d’autres qui en font depuis cette année. Certains sont d’anciens avocats, des comptables, des assistants sociaux, des policiers ou des pompiers même, d’autres sont des artistes, des photographes professionnels, des comédiens, des chômeurs, des étudiants... De tout âge et de tout niveau social… Mais en GN, on se fout un peu de tout ça, on se prend pas la tête. C’est justement l’occasion de rencontrer des gens qu’on n’aurait jamais pu connaître dans la vie quotidienne.

GUIDO: Les jeux de rôles sont le plus souvent prisés par les hommes, y a-t-il de plus en plus de femmes qui y participent?

Melody: J’ai toujours connu plein de filles en GN, mais c’est vrai que souvent elles sont moins nombreuses sur les tables de jeux de rôles. Heureusement pour moi, ce n’est pas le cas dans mes groupes d’amis, on est plein de filles à adorer ça et à jouer plein de rôles différents.

GUIDO: Quelle est la réaction des autres étudiants quand tu leur révèles ta passion?

Melody: En général, ils ne connaissent pas du tout le milieu du GN. Pas mal d’entre eux jouent à des jeux vidéo comme Skyrim ou Mass Effect, du coup c’est plus simple à expliquer, mais pour la plupart c’est vrai que ça doit ressembler à une bande de geeks costumés qui se tapent dessus avec des armes en mousse. Heureusement, les gens de ma classe sont assez ouverts d’esprit. Du coup, je leur raconte certains délires de mes GN, ce qui provoque parfois gros fous rires ou les inspire.

GUIDO: Justement, à ceux qui te taxeraient de 'geek', qu'as-tu envie de leur répondre?

Melody: Aujourd’hui, on est vite un geek! Dès qu’on joue à des jeux vidéo ou qu’on connaît un peu les épisodes de Doctor Who, on est taxé de geek. Avant, c’était un cliché du type boutonneux et bigleux qui jouait aux échecs et était le souffre-douleur à l’école. Maintenant, c’est presque "in" d’être geek, en tout cas dans certains milieux. OK, j'avoue, je lis des BD, j’adore les super-héros, les films de zombies, je possède un T-shirt de la maison Serdaigle, j’ai organisé un GN persistant à Bruxelles, j’ai interprété Marty McFly à une séance spéciale de Retour vers le futur (on a même dû me sortir de force de la DeLorean!), j’aime les jeux de société, les jeux de rôles, les mangas, les jeux vidéo, je dis des phrases en japonais avec un super accent, je regarde plein de séries et même Doctor Who, … Oui, avec les stéréotypes d’aujourd’hui, je suis une geek, assez fièrement d’ailleurs. Mais présentez-moi quelqu’un qui ne l’est pas un peu!



Retour à l'aperçu

  • EMILY HOYOS: «Les manifs étudiantes, ça me grisait!»
    EMILY HOYOS: «Les manifs étudiantes, ça me grisait!»
  • L
    L'app qui calcule ton taux d'alcoolémie, ce sont eux qui l'ont créée!
  • Merci d
    Merci d'uriner dans la douche!
  • Dr Jos, grand défenseur des baptêmes étudiants
    Dr Jos, grand défenseur des baptêmes étudiants
  • Des étudiants-vétérinaires à poil pour la bonne cause!
    Des étudiants-vétérinaires à poil pour la bonne cause!
  • Sortie ciné: Tokyo Fiancée
    Sortie ciné: Tokyo Fiancée

Autres articles Guido intéressants

Suis-nous aussi sur les médias sociaux ci-dessous

Ce site participe à l’Etude CIM Internet. Les sites qui reprennent le logo rassemblent des données sur le nombre de visiteurs et de pages visitées à l’aide de cookies. Un cookie est un petit fichier texte qui est placé par un serveur sur le disque dur de votre ordinateur. Aucun logiciel supplémentaire n’est installé. Un cookie n’endommage en rien votre matériel ou les programmes que vous utilisez.

Les données qui sont récoltées dans le cadre de cette étude sont tout à fait anonymes. Elles servent uniquement à la comparaison du nombre de visiteurs sur les sites participants. Vous trouverez de plus amples informations sur l’étude et sur les résultats de la mesure sur  le site du CIM. .

© GUIDO NV - Tous les droits sont réservés