JFK BOULEVARD: Le rock de quatre étudiants montois

10/04/2017 // Categorie: Musique




JFK Boulevard, groupe de quatre étudiants montois, a sorti son tout premier EP en mai dernier. Et on s'est plongé avec bonheur dans leur musique aux influences variées mais aux dominantes rock en leur compagnie.


GUIDO: Comment avez-vous commencé la musique?

Vincent (guitare): Lucas, Robin et moi, on se connaît depuis les secondaires, Henri nous a rejoints plus tard. En fait, à cette époque, on a assisté à un concert qui se donnait à notre école et ça nous a tout de suite plu, on s’est dit: pourquoi pas nous? Alors comme chacun d’entre nous avait des compétences dans un domaine, on s’est dit qu’on pouvait essayer de monter quelque chose. C’est comme ça qu’on a joué jusqu’il y a trois ans, époque à laquelle on a commencé à créer nos propres compositions et à ne plus faire des covers.

GUIDO: Pourquoi le nom JFK Boulevard?

Lucas (basse et chant): On a cherché très longtemps un nom qui nous collerait vraiment à la peau, quelque chose qui en plus pouvait se trouver facilement sur Internet! J’habite au boulevard Kennedy à Mons, alors comme on cherchait aussi un nom qui rappellerait le côté montois, c’était parfait!

«Grâce à BJ Scott, on a eu la chance d’avoir déjà un public nombreux devant la scène! Le plus cool, c’est qu’il est resté pour nous!»

GUIDO: Comment décririez-vous votre style musical?

Robin (batterie): Comme pour beaucoup de groupes, c’est difficile de se mettre dans une catégorie précise. On a beaucoup d’influences mais je dirais que nous sommes plutôt rock, indie rock, avec parfois des petites influences comme des percussions africaines, des leads de guitare qui peuvent faire penser à de la musique ethnique.

Vincent: On peut dire qu’on s’est vraiment nourris de musique anglaise. Pour citer quelques noms: Artic Monkeys, Bombay Bicycle Club, … Mais le nom le plus important reste The Fall.

GUIDO: Ce style, continuez-vous à le faire évoluer?

Robin: Comme nous avons chacun des goûts différents, chacun apporte constamment quelque chose en faisant découvrir ses goûts aux autres membres du groupe. Pour le moment, on essaye de rester le plus cohérent possible dans notre style pour le construire de la manière la plus personnelle possible.

GUIDO: Vous êtes-vous déjà produits sur beaucoup de scènes? Vincent: Dans le cadre de L’Envol des Cités en 2014, on a pu jouer devant énormément de spectateurs. On a aussi joué à La Louvière juste après BJ Scott! On a donc eu la chance d’avoir déjà un public nombreux devant la scène! Ce qui était cool, c’est qu’il est resté pour nous! (rires)

GUIDO: Avez-vous déjà collaboré avec d’autres artistes ou personnes de la profession?

Vincent: La personne avec qui on a le plus collaboré est Georges Vigneron, notre ingénieur du son. On avait beaucoup d’idées précises et plus on discutait avec lui, plus il nous aiguillait et nous donnait des conseils sur la bonne façon de faire. Il a un avis tout-à-fait extérieur et nous disait clairement quand quelque chose ne marcherait pas.

GUIDO: Et quels sont les échos de la profession?

Robin: On a déjà eu de bonnes critiques sur certains sites Internet dont une plateforme internationale, ce dont on était très contents car on ne les avait pas contactés pour faire parler de nous!

Vincent: Chez Classic 21, on a encore eu l’occasion de discuter avec BJ Scott de notre EP. On a pu papoter aussi avec le batteur d’Alice On The Roof, qui nous a plutôt donné des conseils en tant que musicien.

«Nos copines nous envoient des culottes sur scène. Malheureusement, on préfère les soutien-gorge!»

GUIDO: L’EP est donc sorti en mai dernier, y aura-t-il un album dans le futur?

Vincent: On veut d’abord se focaliser sur l’EP, comme il est sorti il n’y a pas longtemps, on doit continuer d’en faire le plus de promo possible. Ça nous laisse beaucoup de travail! (rires)

GUIDO: Quelle serait votre scène rêvée?

Lucas: Alors pour la catégorie irréalisable, le rêve ultime serait de faire Glastonbury en Angleterre. Sinon pour être plus réaliste, le Dour Festival serait un bel objectif.

Vincent: Pour moi dans les 'irréalisables', je partirais outre-Atlantique et je ferais le Madison Square Garden!

GUIDO: Vous en êtes à vos dernières années d’études, envisagez-vous de faire de la musique votre métier?

Vincent: Personnellement, si un jour on a une belle opportunité et qu’on nous dit que l’on peut en vivre, je fonce! Il y a deux ans on n’y pensait pas encore mais ça devient envisageable.  Mais pour le moment, l’objectif est surtout d’obtenir nos diplômes.

Robin: Pour le moment, on est plus concentré sur notre dernière année d’études et sur le fait d’obtenir notre diplôme. Pour la suite, on verra ce que la vie nous réservera!

GUIDO: Dans quelles villes avez-vous joué et lesquelles vont ont marqués?

Vincent: On a sillonné un peu toute la Wallonie, surtout le Hainaut! On a joué à Liège, Namur, Louvain-la-Neuve, …

Robin: Louvain-la-Neuve nous a beaucoup plu d’ailleurs! Car on jouait dans une salle vraiment dédiée à notre style musical. Ça nous changeait des scènes ouvertes où les gens viennent écouter mais sans venir exprès pour ça, où ils vont et viennent le long de la soirée. Là, les spectateurs venaient uniquement pour écouter la musique et restaient donc devant la scène d’un bout à l’autre du concert.

Lucas: Je citerais aussi la date de Louvain-la-Neuve. C'était impressionnant de voir les portes s’ouvrir et la salle se remplir d’un coup!

GUIDO: Avez-vous une anecdote à propos de cette série de concerts?

Vincent: Il y a des classiques, comme commencer un concert et au bout d’une chanson ne plus savoir jouer car on a deux cordes qui lâchent et qu’on en n’a pas de rechange! Sinon, un guitariste m’a une fois prêté sa guitare, une Gibson qui s’accorde toute seule! Sauf que le système buggait et elle s’accordait tout le temps, ce qui faisait que je pensais faire une note correcte mais en fait non, puisque la corde avait bougé! Il faut s’en tenir aux guitares traditionnelles, c’est un conseil. (rires)

Lucas: Sinon pour les anecdotes marrantes et classiques il y a aussi les groupes de copines qui nous envoient des culottes sur scène. Mais malheureusement on préfère les soutien-gorge! (rires)

GUIDO: Pour le mot de la fin, que peut-on vous souhaiter?

Vincent: Plus d’anecdotes marrantes à raconter! (rires) Sinon, comme on a été lauréats de L’Envol des Cités, on participera au concours Nationale 5, qui consiste en une formation musicale chaque week-end dans chaque province, ce qui remplira notre carnet d’adresses. 

Robin: Et avoir plus de dates dans des festivals importants dans la région, ce serait pas mal aussi, que notre nom paraisse sur des affiches.

Lucas: Paraître dans plus de magazines et de publications, ce serait aussi intéressant.

GUIDO: Déjà dans le Guido Magazine, c'est pas mal, bon vent à vous!   



Retour à l'aperçu

Comments

Autres articles Guido intéressants

Suis-nous aussi sur les médias sociaux ci-dessous

Ce site participe à l’Etude CIM Internet. Les sites qui reprennent le logo rassemblent des données sur le nombre de visiteurs et de pages visitées à l’aide de cookies. Un cookie est un petit fichier texte qui est placé par un serveur sur le disque dur de votre ordinateur. Aucun logiciel supplémentaire n’est installé. Un cookie n’endommage en rien votre matériel ou les programmes que vous utilisez.

Les données qui sont récoltées dans le cadre de cette étude sont tout à fait anonymes. Elles servent uniquement à la comparaison du nombre de visiteurs sur les sites participants. Vous trouverez de plus amples informations sur l’étude et sur les résultats de la mesure sur  le site du CIM. .

© GUIDO NV - Tous les droits sont réservés