Image
10/01/2005

MARC DELIRE: 'En arrivant à l'unif, j'ai surtout découvert les filles et les soirées'

Marc Delire, le maillon fort de l'équipe des sports de la RTBF, n'est jamais le dernier pour faire la fête. Si on se replonge avec lui dans ses études de droit et de journalisme, on se rend vite compte que pour lui université rime en effet plutôt avec filles et soirées qu'avec étude et réussite de son année. Flash-back sur les études de monsieur Match 1.

Marc Delire : J'ai commencé par le droit à Namur et à Louvain-la-Neuve. Alors que je n'avais jamais eu le moindre problème durant mes humanités, en arrivant à l' unif, j'ai surtout découvert les filles et les soirées, j'ai donc commencé mes années d'échec à l'université. Après, j'ai eu l'opportunité de partir en Afrique, j'ai donc arrêté mes études, ce qui m'arrangeait bien. A mon retour, j'ai commencé une licence en journalisme à Louvain-la-Neuve.

GUIDO: Pourquoi vous être orienté vers le droit?
Marc Delire
: Par défaut. Je voulais commencer par ça, je me disais que je verrais bien par après si cela me convenait. Quand j'ai eu l'opportunité de prendre des cours de journalisme, je me suis surtout intéressé aux stages qui m'intéressaient beaucoup plus que les cours magistraux. J'ai donc essayé de faire le plus de stages possible durant mes études afin de réellement apprendre le travail sur le terrain. C'est grâce à ces stages que j'ai pu travailler à Canal C, à TV COM ou à la RTBF.

GUIDO: On vous imagine plutôt du genre guindailleur.
Marc Delire
: J'étais terriblement guindailleur. Mais il est important de bien faire la part des choses: encore maintenant, je guindaille, mais personne ne peut dire qu'il m'a vu boire un verre avant une émission. En revanche, après un tournage, il arrive très souvent qu'on aille boire des coups!

GUIDO: De Namur ou Louvain-la-Neuve, laquelle de ces deux cités universitaires vous a-t-elle le plus plu?
Marc Delire
: Ces deux villes sont incomparables. Je suis namurois, j'y étais donc comme un poisson dans l'eau. En revanche, il m'a fallu un an pour apprivoiser Louvain-la-Neuve, j'y suis resté trois ans et puis je suis parti à Mont-Saint-Guibert dans une sorte de ferme-château avec des amis. Ça s'appelait le Kot Méditerranée, avec tennis, piscine, etc. Autant dire qu'on n'allait souvent à l' unif! ( rires)

GUIDO: Quels souvenirs avez-vous gardés de cette période?
Marc Delire
: Les cartons en bagnole, les tricheries aux examens, les premiers joints, ... L'université, c'est en fait le moment où tu découvres tous les trucs dangereux. Une autre anecdote me revient: je pense quand même être le seul à pouvoir dire qu'il a fait du train-stop! J'étais en virée avec le type qui s'occupait du dispatching de la gare de Namur. Alors que je n'avais plus aucun train pour revenir à Louvain-la-Neuve, il m'a dit qu'un train de marchandises remontait vers le Luxembourg et qu'il me déposerait à Louvain-la-Neuve. Il a donc arrêté le train, je suis monté dans la locomotive et le conducteur m'a déposé à l'endroit le plus proche de Louvain-la-Neuve en me disant qu'elle se situait tout droit devant moi. Il neigeait et j'étais en petits mocassins. Je suis rentré ni vu ni connu par le tunnel de la gare! C'est un souvenir inoubliable!

GUIDO: Si vous deviez donner quelques conseils à des étudiants désirant emprunter la même voie, quels seraient-ils?
Marc Delire
: Je vois passer beaucoup d'étudiants en stage chez nous. Il y a deux stagiaires qui m'ont bien plu, ils sont tous les deux à la RTBF maintenant: c'est Grégory Bayet et Benjamin de Sénacle. Ce sont les deux seuls types que je pouvais appeler à deux heures du matin et qui venaient m'aider pour un montage sans se soucier de l'heure. Alors que la majorité des stagiaires actuels ne viennent que par obligation et regardent l'heure en fin de journée pour partir prendre leur train. Je me souviens d'avoir passé 36 heures sur des montages quand j'étais stagiaire, on était alors corvéable à merci, ce qui est moins le cas actuellement. Quand tu es stagiaire, il ne faut pas hésiter à faire chier tout le monde pour faire de l'antenne, pour aller en tournage.

(SD)

  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider

Jobs in the picture





 

GUIDO SA est l'entreprise média de niche numéro 1 en Belgique vers le groupe-cible des jeunes (les étudiants en particulier), les écoliers et les young starters.

Bruiloftstraat 127, 9050 Gentbrugge
Tel.: +32 (0) 9 210 74 84