Image
15/07/2019

TOO GOOD TO GO: La success-story derrière l'appli anti-gaspi

Chaque année en Belgique, nous jetons en moyenne 345 kilos de nourriture à la poubelle. Face à cette montagne de déchets, Jeff Cornelis (27 ans) a décidé de se retrousser les manches et a entamé une carrière de dumpster diver (ndlr: ces personnes qui fouillent les poubelles des grands magasins). Depuis un an, il a franchi une étape supplémentaire en lançant Too Good To Go en Belgique. Cette application permet à ses utilisateurs d'acheter les surplus des magasins et supermarchés pour une bouchée de pain, un concept qui a forcément immédiatement séduit un grand nombre d'étudiants.


GUIDO: Je vais commencer par la question que tout le monde se pose: pourquoi être devenu un dumpster diver?
Jeff:
 Les gens pensent souvent que je plonge dans une poubelle pour un sandwich à moitié mangé ou une pomme pourrie, mais dans beaucoup de containers, on trouve de la nourriture encore emballée et donc parfaitement consommable. Il faut en fait connaître l'entièreté de l'histoire pour comprendre, et ça commence dans ma jeunesse. À l'école, j'ai toujours eu le sentiment que les professeurs essayaient de nous faire ingurgiter un maximum de matières en un minimum de temps, pour nous préparer à une vie au cours de laquelle on doit bravement gagner notre pain quotidien. Ça ne me convenait pas. Je ne voulais pas tout prendre pour acquis, car quand je regardais autour de moi, il y avait beaucoup de choses dans la société qui me posaient question. Pourtant, plus je posais de questions, plus j'avais le sentiment que je ne devais pas les poser. Après plusieurs écoles et tout autant de désillusions, j'ai décidé à l'âge de 18 ans - j'étais alors en quatrième année - de prendre une année sabbatique. Je me suis retrouvé par hasard à Breda, où j'ai rencontré des squatteurs. Ces gens ne se posaient pas le même genre de questions, ils y avaient déjà réfléchi depuis longtemps. J'ai trouvé cela fantastique, j'ai donc trainé avec eux pendant un an. Vu que je n'avais pas un centime en poche, on m'a suggéré de devenir dumpster diver. C'est franchement dingue de voir ce que les gens jettent à la poubelle. Hallucinant.

De marginal à génial

GUIDO: Comment ont réagi tes parents?
Jeff:
 Ma mère était particulièrement heureuse d'avoir retrouvé la joie de vivre dans mes yeux. «Fais-le, puis reviens pour finir tes études,» m'a-t-elle dit. Et c'est ce que j'ai fait. Après un an, le moment était venu de partir, car si je trouvais cela chouette au début, après quelques mois, tu commences à voir qu'il y a beaucoup de profiteurs dans ce groupe. Je voulais vivre 'en-dehors du système', mais de manière constructive. Avoir un impact donc, et si tu vis de façon aussi extrême, c'est impossible. Les gens n'écoutent pas, ils pensent juste que vous êtes marginal. Quoi qu'il en soit, il était temps de rentrer. J'ai ensuite obtenu mon diplôme à la Steinerschool, suivi une année de spécialisation en construction durable et ensuite travaillé comme leveur de fonds pour des ONG chez Pepperminds, où je suis devenu coach et formateur en vente.

GUIDO: Pendant tout ce temps, tu as continué à fouiller les poubelles?
Jeff:
En effet. J'étais rentré à la maison, je n'y étais donc pas obligé, mais pourquoi donner de l'argent pour de la nourriture dans un magasin alors qu'on peut le trouver gratuitement cinq minutes plus tard dans une poubelle? Il ne faut pas non plus oublier ce qui se cache 'derrière' cette nourriture. Produire de la viande et des produits laitiers laisse une énorme empreinte écologique, et toute cette nourriture doit encore être emballée et transportée. Et cet emballage doit à son tour encore être fabriqué… (secoue la tête) Une histoire sans fin. L'envie de lutter contre ce gaspillage alimentaire massif n'a fait que croître, mais je n'ai pas trouvé de solution pratique. Et tout à coup, j'ai reçu un coup de téléphone de Jonas Mallisse. Lors d'un voyage autour du monde, il était entré en contact avec des Danois qui lui avaient parlé de Too Good To Go. Jonas a trouvé cette formule excellente et souhaitait mettre en place le même système en Belgique. Il m'a demandé, à moi et à plusieurs autres personnes, d'embarquer avec lui et je n'ai pas hésité une seconde. Nous nous sommes rencontrés à plusieurs reprises, puis nous sommes allés à Paris sur invitation pour étudier les tenants et les aboutissants de Too Good To Go France pendant deux jours. Maintenant, avant de réellement commencer, il fallait évidemment avoir plusieurs commerçants qui acceptent de participer.

Un objectif de vie à long terme

GUIDO: Les commerçants ont-ils immédiatement été séduits par l'initiative?
Jeff:
Pour la plupart, oui. La majorité de leurs objections étaient facilement réfutables. Par exemple, des magasins spécialisés craignent parfois que les clients attendent les excédents pour obtenir de belles réductions au lieu de payer le prix plein. Mais ceux qui viennent via l'application ne savent pas à l'avance ce qu'ils obtiendront. Celui qui désire un produit spécifique viendra quand même. De plus, de tels commerces attirent beaucoup de nouveaux clients grâce à nous, qui peuvent ensuite revenir s’ils organisent à nouveau une fête. En plus, plus les propriétaires s'inscrivent sur Too Good To Go, plus les autres suivent facilement leur exemple.

GUIDO: Quand avez-vous lancé officiellement Too Good To Go?
Jeff:
Voici encore une histoire amusante. Alors qu'une cinquantaine de commerces avaient signé, la presse nous est tombée dessus. Jonas a été à un moment sommé de donner plus d'explications et il m'a donc appelé: «Ils téléchargent l'application, mais il n'y a toujours rien dessus! On doit à tout prix démarrer!» (rires) C'était le 1er mars 2018. Depuis, nous nous sommes systématiquement développés dans toute la Belgique et sommes même devenus l'un des pays les plus performants de l'ensemble du groupe Too Good To Go. Je suis donc régulièrement présent dans d'autres pays pour ajuster leur fonctionnement. Tu sais, entre-temps, j'avais un peu perdu de vue mon objectif de vie à long terme. En partie grâce à cette interview, je réalise que je fais enfin ce que j'ai toujours voulu: réaliser une vraie différence. Alors merci. (rires)

GUIDO: Avec plaisir.

Comment ça marche?

  1. Télécharge gratuitement l'application Too Good To Go.
  2. Crée un profil.
  3. Regarde les commerces qui proposent des repas dans ton quartier.
  4. Choisis une ou plusieurs portions.
  5. Rends-toi dans le magasin au moment choisi avec ton app et des pots réutilisables.
  6. Montre ta preuve de paiement.
  7. Régale-toi.
  8. Répète les étapes 3 à 7.

Too Good To Go en chiffres:

  • Après un an, plus de 500.000 Belges ont téléchargé l'application; grâce à eux, plus de 450.000 repas ont été sauvés.
  • Dans notre pays, on dénombre déjà près de 2000 commerces à avoir rejoint le mouvement pour réduire leurs déchets.
  • En 2019, les créateurs espèrent passer le cap du million de repas, ce qui équivaut à 2 millions de kilos de CO², soit un Boeing 747 vers New York.
  • Dans le monde, Too Good To Go a déjà sauvé plus de 13 millions de repas, dans 10 pays différents.

SOCIAL

Topmovies

Jobs in the picture





 

GUIDO SA est l'entreprise média de niche numéro 1 en Belgique vers le groupe-cible des jeunes (les étudiants en particulier), les écoliers et les young starters.

Bruiloftstraat 127, 9050 Gentbrugge
Tel.: +32 (0) 9 210 74 84