Image
27/04/2015

GUI-HOME, cet étudiant qui vous détend!

Gui-Home vous détend, ça ne te dit rien? Pourtant, ses vidéos ont déjà été vues des centaines de milliers de fois. Derrière ce pseudo se cache Guillaume Wattecamps, un jeune Namurois qui commence à faire parler de lui un peu partout en Belgique. Même les étudiants flamands savent qui il est, c’est pour dire…


GUIDO: Depuis combien de temps fais-tu des vidéos?

Gui-Home: Ma toute première vidéo remonte à la fin du mois d’avril de l’année dernière. Mais les vidéos qui ont commencé à bien fonctionner étaient celles sur la période de blocus du mois de décembre dernier. À partir de ce moment-là, ça a explosé.

 

«C’est un sujet universel, car nous sommes tous amenés à passer par l’école»

 

GUIDO: D'où t'est venue l'idée de réaliser des vidéos?

Gui-Home: Je faisais des vidéos par l’application Snapchat. C’était principalement pour mes amis, mais après quelques semaines ils m’ont dit d’aller plus loin dans la rigolade. J’ai donc décidé de créer ma page Facebook et de me lancer.

 

GUIDO: C’est grâce à cela que tu as été connu?

Gui-Home: 'Connu' est un grand mot, mais mes vidéos ont bien tourné un peu partout, comme en Wallonie, à Bruxelles et même parfois en Flandre. Mais c’est surtout durant le blocus de décembre que les statistiques ont explosé de toutes parts.

 

GUIDO: Les exemples que tu utilises dans tes vidéos, tu les sors d’où?

Gui-Home: Il y a des vidéos sur YouTube qui ne visent pas les étudiants. Je me suis amusé à faire des personnages, comme le commissaire ou encore le gynécologue, dans le but de tester un peu. Puis, il y a mes vidéos sur Facebook sur les étudiants. Ce sont toutes des situations qu’on a tous connues à l’école, ce qu’on vit en examen, ce que nos parents subissent pendant la période de blocus ou encore les professeurs. C’est un sujet universel, car nous sommes tous amenés à passer par l’école et même les personnes plus âgées peuvent aussi se reconnaitre, car les phrases ne changent pas… Le trio de choc se réunit donc dans mes vidéos avec les élèves, les parents et les professeurs. Du coup, cela crée des liens et ça fonctionne pas mal.

 

GUIDO: Comment réalises-tu tes vidéos?

Gui-Home: J’utilise mon ordinateur ou bien mon smartphone. Dès que j’ai une idée, elle tombe d’un coup lorsque je me réveille ou sous la douche. J’écris une base de quelques blagues qui pourraient très bien marcher et je monte la vidéo moi-même en la publiant à des heures plutôt intéressantes en termes d’audience sur les réseaux sociaux.

 

GUIDO: Et tes parents, ils en pensent quoi de ce que tu fais?

Gui-Home: Tout mon entourage est content de ce qu’il m’arrive. Mes amis également. Je ne prends pas la grosse tête et je n’ai pas envie de jouer à la superstar qui décolle. J’en parle à la presse comme au Guido, car c’est important. Mais je ne veux pas que cela devienne le sujet principal de mes discussions avec mes amis. Avec eux, rien n’a changé, pour tout dire, on n’y pense même pas.

 

«Les profs n'osent plus me parler, de peur que je reprenne leurs phrases dans mes vidéos!»
 

GUIDO: Et au niveau de tes études?

Gui-Home: Je suis en dernière année de communication à Bruxelles à l’ISFSC. Et je tente de combiner mes vidéos et mes études. En classe, j’ai la chance que rien n’ait changé. Évidemment, tout le monde m’en parle, mais ce n’est pas encore trop excessif et c'est bien mieux ainsi. Les professeurs connaissent mes vidéos, ils n’osent plus trop me parler, car ils ont peur que je reprenne leurs phrases et que je rigole d’eux (rires).

 

GUIDO: Une vidéo sur ta page Facebook montre que tu es allé dans une école à la rencontre des étudiants. Comment cela s’est-il passé?

Gui-Home: Je fais en effet des surprises dans les écoles en débarquant dans certains établissements. Après tout, rester dans sa chambre n’apporte rien non plus. Aller à la rencontre des personnes qui me suivent, j’adore. Je ne le fais pas trop, car je n’ai pas envie d’avoir l’image d’un m'as-tu-vu ou de quelqu’un qui se la raconte.

 

GUIDO: Tires-tu profit de tes vidéos? Des personnes sont venues vers toi pour des contrats publicitaires, par exemple?

Gui-Home: Non, je ne gagne rien et pour le moment, je refuse tout. En Belgique, je n’ai pas eu énormément de propositions. Mais ce sont mes études qui sont importantes et les contrats qu’on me propose ne m’intéressent pas du tout.

 

GUIDO: On te reconnaît maintenant en rue, qu'est-ce que cela procure comme sensation?

Gui-Home: Du jour au lendemain, ça change. Petit à petit, ça a dépassé Namur. Bon, je ne crée pas une émeute dans la rue. Je suis parfois gêné qu’on m’arrête pour une photo ou un autographe. C’est agréable, mais je ne veux pas me prendre pour une star, même si je profite d’être reconnu. Il ne faut pas oublier que cela peut s’arrêter demain et il y aura encore d’autres personnes pour faire des bonnes vidéos sur Internet.

 

GUIDO: Et tes accessoires dans tes vidéos, comme tes lunettes ou ta casquette, c’est pour te donner un style?

Gui-Home: Mon plus grand regret est de ne pas porter des lunettes dans la vie de tous les jours. Je n’ai jamais eu de problème à mes yeux. C’est devenu ma marque de fabrique. J’adore acheter des lunettes. La casquette, c’était déjà avant. J’aime avoir quelque chose sur la tête. Il va falloir d’ailleurs que j’en rachète une nouvelle, sinon les gens vont penser que je suis 'crado' (rires).

 

«Gui-Home, c'est ma personnalité exagérée»

 

GUIDO: Tes phrases dans les vidéos, tu les avais testées avant?

Gui-Home: Oui, on a tous connu ça. Le travail le plus dur était de mettre toutes ces phrases dans les vidéos. Chacun serait capable de faire ce que je fais, mais il faut du temps et une certaine analyse du sujet.

 

GUIDO: Et ton personnage, c’est toi dans la vie de tous les jours?

Gui-Home: C’est ma personnalité exagérée. Je n’ai pas envie de faire le clown devant n’importe qui, je ne le fais que dans mes vidéos. Niveau déguisement, j’utilise mes propres vêtements, même pour faire le rôle de ma mère. J’adore faire ce personnage!

 

GUIDO: Tu souhaites atteindre la notoriété d’un Norman ou d’un Cyprien?

Gui-Home: Non, ils ont fait ce qu’il y avait à faire dans leur domaine. Je ne suis pas un YouTubeur, je ne parle pas avec ma communauté via des vidéos. Je ne veux pas me comparer à ces personnes ayant déjà tout fait dans le secteur de la vidéo sur Internet.

 

GUIDO: Tu ne prends donc pas exemple sur Cyprien, par exemple?

Gui-Home: Non, il a déjà tout fait en matière de vidéo sur Internet. L’humoriste que je préfère, c’est François Pirette. Tout le monde me dit que je suis trop jeune pour l’aimer, mais il me plaît énormément. Je m’identifie à son humour…

 

GUIDO: Et niveau chiffres sur Internet, tu en es où?

Gui-Home: La vidéo la plus vue est 'La petite voix dans ma tête pendant l'examen' avec plus de 800.000 vues. Sur la page Facebook, j’ai énormément de notifications, je suis présent sur cinq réseaux sociaux: YouTube, Instagram, Snapchat, Facebook et Twitter.

 

GUIDO: Tu as déjà effectué des passages à la télévision?

Gui-Home: J’ai tourné dans la série Le Stagiaire qui a été diffusée pendant les fêtes sur la RTBF, je suis allé à deux JT sur La Une, un reportage sur Canal C, et bien d’autres encore. Cela s’est bien passé même si j’étais stressé. Mais je commence à en avoir l’habitude et j’ai une adrénaline positive qui m’aide.

 

GUIDO: Plus tard, aimerais-tu continuer dans le même domaine?

Gui-Home: Je ne vais pas m’arrêter vu que ça fonctionne assez bien. J’aimerais bien installer Gui-Home vous détend dans un projet artistique. Mais les vidéos pour le moment, c’est prévu jusqu’en juin.


Comments

À quoi ressemblaient les années d'études de tes parents?

Le monde a changé, tout comme la vie étudiante… OK boomer, mais à quoi ressemblait le quotidien [...]

Trolls 2 - Tournée Mondiale: Une B.O. à couper le souffle!

Si le second épisode du dessin animé Trolls est évidemment destiné aux enfants, les étudiants en auront [...]

  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider

Topmovies

SOCIAL

Jobs in the picture






 

 

GUIDO SA est l'entreprise média de niche numéro 1 en Belgique vers le groupe-cible des jeunes (les étudiants en particulier), les écoliers et les young starters.

Bruiloftstraat 127, 9050 Gentbrugge
Tel.: +32 (0) 9 210 74 84