Image
17/07/2023

Interview de Jonas Spruyt, le nouveau vétérinaire du ZOO d'Anvers et de Planckendael

L'année passée, le ZOO a publié une offre d'emploi unique. Après 25 ans de bons et loyaux services et une retraite bien méritée, le vétérinaire Francis Vercammen cherchait un successeur digne de ce nom. Après une recherche difficile, le vétérinaire Jonas Spruyt (33 ans) de Mortsel s'est imposé comme le meilleur candidat.


GUIDO: Comment s'est déroulée la sélection?
Jonas
: Sur une centaine de candidats, 12 vétérinaires ont été sélectionnés pour un entretien avec le comité de direction. Cinq d'entre eux ont été autorisés à passer une journée à faire des essais cliniques avec mon prédécesseur Francis. Là, nous avons pu montrer ce que nous savions faire et nous avons été évalués pour savoir si nous pouvions nous intégrer à l'équipe. Finalement, j'ai obtenu le poste.

GUIDO: Un rêve d'enfant devenu réalité?
Jonas
: Exactement. J'ai toujours rêvé de travailler au ZOO, mais je me rendais compte que les chances de réussite étaient minces. Mais avec le poste devenu vacant, il s'est avéré qu'il était fait sur mesure pour moi.

Un apprentissage à vie

GUIDO: Le ZOO et Planckendael abritent 7000 animaux. Pouvez-vous leur accorder à tous la même attention?
Jonas
: Je peux m'appuyer sur une équipe d'experts. Des collègues vétérinaires m'aident à temps partiel, par exemple pour les gardes du week-end. Au total, nos animaux peuvent compter sur cinq vétérinaires, mais je suis le seul à travailler à temps plein. J'ai également reçu l'aide de Francis deux jours par semaine pendant les premiers mois, afin d'assurer une transition en douceur.

GUIDO: Vous êtes responsable d'une grande variété d'espèces animales, des minuscules reptiles aux majestueux lions…
Jonas
: La plupart du temps, je me débrouille, car j'ai de vastes connaissances de base. Cependant, c'est évidemment impossible de tout savoir sur toutes les espèces animales, et je devrai donc continuer à apprendre tout au long de ma carrière. Mon métier implique beaucoup de recherches et je peux aussi m'appuyer sur mon réseau de connaissances. Par exemple, si je suis confronté à un reptile malade, je peux demander conseil à un spécialiste en la matière. Je connais aussi un vétérinaire qui s'y connaît en oiseaux, etc.

GUIDO: À quoi ressemble une journée de travail?
Jonas
: C'est un mélange de toutes sortes de tâches. Je dois aider les animaux malades à se remettre sur pied, cela va de soi. Une part importante de ce travail est consacrée au diagnostic: radiographie, analyse du fumier, tests bactériologiques, ultrasons, endoscopie… S'il n'y a pas d'animaux malades, je fais le suivi des animaux qui ont été malades récemment, ou le contrôle des animaux qui auront besoin d'un traitement ou d'une intervention chirurgicale dans un avenir proche. Je fais également du travail scientifique, ce qui est très important car nous travaillons avec des espèces menacées, entre autres.

Au contact des animaux sauvages

GUIDO: Votre prédécesseur Francis était un ambassadeur du ZOO. Vous aurez le même rôle que lui?
Jonas
: Oui, mais c'est encore assez limité pour l'instant. Je m'en réjouis, car je pense qu'il est important que nous puissions montrer par le biais des médias que les animaux du ZOO et de Planckendael reçoivent les meilleurs soins possibles. Les gens peuvent ainsi se faire une idée de ce qui se passe en coulisses, ce que l'on ne voit pas lors d'une simple visite.

GUIDO: Vous avez travaillé en Afrique. Vous y avez soigné des tas d'animaux sauvages?
Jonas
: Absolument. Dès que j'ai été diplômé, j'ai rejoint un cabinet en Afrique du Sud. À cette époque, on allait dans une réserve pour, par exemple, endormir un buffle pour effectuer un test de tuberculose, ou attraper une girafe pour la transporter, et d'autres choses du genre. On ne peut pas soigner les animaux sauvages sans anesthésie. Il est important que cela se fasse en toute sécurité, à la fois pour l'animal et pour le personnel. C'est ma spécialité: anesthésier les animaux en toute sécurité.

GUIDO: Votre travail est-il dangereux?
Jonas
: Oui, mais grâce à l'anesthésie, le risque reste limité, si l'on sait ce que l'on fait. J'ai été vétérinaire de campagne pendant trois ans, et c'est à cette époque que j'ai connu le plus d'accidents - un coup de sabot d'un cheval, une vache qui vous pousse contre une clôture. Bien plus que lors de mon travail avec les animaux sauvages. Je ne vais pas faire une endoscopie sur un lion qui n'est pas endormi! (rires)

GUIDO: Peut-on établir une relation de confiance avec les animaux sauvages?
Jonas
: Dans l'idéal, oui, mais dans la pratique, ils considèrent le vétérinaire comme une sorte de croque-mitaine qui ne vient que lorsqu'ils se sentent mal. Je ne peux décemment pas leur expliquer que ce que je fais est destiné à les aider…

Une année à admirer les animaux?
L'abonnement étudiant ne coûte que 50 euros!

Tu as moins de 26 ans et tu étudies dans une école supérieure ou une université? Tu profites alors d'une année illimitée au ZOO d'Anvers ou à Planckendael pour le prix exclusif de 50 euros. Tu reçois en plus 10% de réduction dans tous les restaurants et magasins ainsi qu'un accès gratuit ou des réductions fixes chez des partenaires tels qu'Artis, GaiaZOO, Efteling, Plopsaland...

Plus d'infos sur zooanvers.be

Photo: © Greetje Van Buggenhout


Pars en Erasmus avec l'IFAPME pour découvrir ton métier autrement!

Tu souhaites parfaire ta formation en alternance à l'étranger? C'est possible grâce à l'IFAPME [...]

Près de 60% des employés entre 18 et 34 ans s'ennuient parfois au travail!

Au burn-out qui n'a jamais connu des taux aussi hauts s'ajoute maintenant le bore-out, que l'on [...]

  • Slider

Topmovies

SOCIAL

Jobs in the picture




 

 

GUIDO SA est l'entreprise média de niche numéro 1 en Belgique vers le groupe-cible des jeunes (les étudiants en particulier), les écoliers et les young starters.

Bruiloftstraat 127, 9050 Gentbrugge
Tel.: +32 (0) 9 210 74 84