Image
12/06/2019

TRIXIE WHITLEY: «Nous devons oser regarder d'une autre manière la face sombre du monde»

Trixie Whitley n'a pas chômé. Une production avec Wim Vandekeybus, un disque avec Kid Koala et un nouvel album, écrit et réalisé in New York. Un beau disque qui respire l'urgence, la colère, l'amour, l'incompréhension et les démons les plus intérieurs.


Trixie: Je suis active depuis deux ans. Je n'ai pas beaucoup joué et maintenant, j'en ai réellement besoin. Je veux être sur scène.

GUIDO: Ce disque a donc été conçu pour la scène?
Trixie:
 Les deux, car cette fois, j'ai écrit la majeure partie de l'album en studio. J'ai aussi envie d'utiliser le studio comme un outil. Je savais que je voulais m'éloigner de l'attitude du singer-songwriter.

GUIDO: N'est-ce pas difficile de tirer à chaque fois sur le fil?
Trixie: 
Cela m'a permis une respiration. Je savais parfaitement ce que je voulais, ce que j'ai confié au producteur Little Shalimar. J'ai écrit plusieurs pages avec ce que je voulais pour ce disque.

GUIDO: Comme par exemple?
Trixie:
 Une palette émotionnelle, qui peut sembler agressive par exemple mais aussi contenir des passages qui nous rendent complètement vulnérables.

GUIDO: On ressent aussi une certaine fièvre…
Trixie: 
J'ai toujours déclaré que la politique ne m'intéressait pas, mais on en est tellement proche actuellement, à cause de Trump. C'est tellement extrême! Je ne pouvais nier ce besoin. La 'peur' qui est presque tangible physiquement. Aussi des moments très sombres, de véritables traumas qui m'ont assaillie. Mon travail relève toujours d'une introspection.

Une joyeuse résistance

GUIDO: Une évolution?
Trixie: 
Je l'espère. J'essaie toujours de travailler dans le moment. Si des traumas apparaissent, je les utilise dans mon travail. Comme des moments de désespoir personnel, de nihilisme. Nous vivons une époque de fou et je dois dire quelque chose à ce sujet.

GUIDO: Cela peut avoir un effet purificateur.
Trixie: 
Libérateur. J'ai toujours été sensible à mon environnement.

GUIDO: Comme à New York!
Trixie: 
A lot of input! J'y ai souvent vécu comme une demi-ermite. Ce qui est apparu pendant la conception, ce fut une relation de confiance. Je me sentais très méfiante face au monde.

GUIDO: New York, ce n'est quand même pas si mal?
Trixie: 
C'est une ville où règne une grande solidarité. On y ressent une énergie collective. Tout le monde était sous le choc. Pendant cette période, j'ai aussi activement participé au resistance revival chorus, un collectif de plus de 50 femmes qui chantent des protest songs. C'est un chœur d'activistes professionnels et de femmes venant de partout, de diplomates, de tous les pays, de toutes les races et générations. Leur message est le suivant: joy is an act of resistance. Nous sommes obligés de revivre des traumatismes, mais nous avons décidé de le faire dans la joie. Très inspirant. Avec une touche d'humour aussi. On ne peut plus rester indifférent. C'est une sale plaie qui est à chaque fois rouverte. (rires) Reste à espérer qu'elle ne s'infecte pas.

GUIDO: Qu'est-ce qui t'attire à chaque fois vers New York?
Trixie: 
Je m'y sens comme à la maison. Je vis dans un très petit appartement. Une boîte à chaussures, mais j'y ai tout ce dont j'ai besoin. C'est la ville des extrêmes. On peut y vivre sainement uniquement si on trouve l'équilibre entre tous ces extrêmes. Cela te renforce, en tant qu'être humain. On peut se retrouver à la rue à chaque moment, mais c'est justement ce défi qui est important.

GUIDO: Tu fais quand même ce que tu veux?
Trixie: 
Oui! (rires) Je ne peux pas rester indifférente. Pourquoi ne résisterions-nous pas?

Les architectes de notre vie

GUIDO: Comment as-tu fait la connaissance du producteur Little Shalimar?
Trixie: 
Nous avons tissé des liens forts entre nous. Avant de commencer à travailler sur l'album, nous sommes vus plusieurs fois, juste pour discuter. Pas spécialement sur la musique, mais sur les hommes, très rafraîchissant. Je l'ai aussi senti un peu méfiant, parce qu'il faisait partie du clan RTJ(ndlr: Run The Jewels)

GUIDO: Vous avez rapidement trouvé le fil rouge du disque?
Trixie: 
J'ai littéralement écrit un synopsis. J'avais peu de matériel avant d'entrer en studio. Je travaille de façon intuitive. Ne pas s'inquiéter, juste écrire. J'ai d'abord réalisé une carte pour mon album: c'est là que je veux aller et en chemin, je veux passer par ces endroits dans ma tête. Little Shalimar était très ouvert à ce sujet,

GUIDO: De nombreux tête-à-tête donc?
Trixie:
C'était très intense de travailler à deux. Il vient de Flatbush Brooklyn, où la vie était dure dans les années 1980. Nous avons eu une discussion à un moment donné et cela ne fonctionnait plus, je me suis alors renfermée. Je suis partie, tout simplement. Dans la soirée, je me suis rendu compte que deux jours plus tard, j'allais avoir mes règles et que c'était juste le syndrome prémenstruel qui me faisait monter dans les tours. Même avec un tel gars, je peux parler de ce genre de choses. Nous étions tellement proches l'un de l'autre. I got your back! Il ne s'est pas moqué de moi, il a compris. «Est-ce que je dois te faire un thé?» (rires) Faire de la musique ensemble est tellement intime! Donner sa confiance a beaucoup à voir avec l'intimité. Je vois la musique comme de l'eau, on ne peut jamais la contrôler.

GUIDO: Es-tu devenue une autre musicienne maintenant que tu es maman?
Trixie: 
Oui et non. Pendant longtemps, je me suis excusée pour tout et pour tout le monde. J'ai arrêté maintenant car ce n'est pas l'exemple que je veux donner à ma fille. Être trop gentille, c'est fini pour moi. Je suis qui je suis, à prendre ou à laisser! Cela est apparu avec la responsabilité pour mon enfant.

GUIDO: Une prise de conscience très personnelle.
Trixie: 
J'ai trop longtemps nourri mes incertitudes. Désormais, je me permets de profiter de la vie. De me considérer à ma propre valeur.

GUIDO: On dirait que tu es à un moment-charnière de ton existence…
Trixie: 
Je suis beaucoup plus cohérente avec mes choix. Oser dire «non», et «oui» aux choses positives, ce qui réveille la guerrière en moi d'une bonne manière. Nous sommes les architectes de notre propre vie.

May Cannan

GUIDO: Quelle est la Lacune du titre de l'album?
Trixie: 
Le monde est rempli de tensions, d'histoires non dites. L'histoire est pleine de blancs. La chanson May Cannan aussi, elle était autant un héros pendant la guerre que les hommes, mais cela est rarement dit. Mon album a à voir avec la perspective. Le monde est dévasté parce qu'il reste encore beaucoup à faire dans ces blancs. Je veux aider à y remédier. Oser regarder d'une autre manière la face sombre du monde. Si un écrivain choisit de ne pas dire certaines choses dans une histoire, on peut justement en conclure certaines choses.

GUIDO: Ton album est d'une chaleur brûlante.
Trixie: 
Ah, chouette. Quand je fais de la musique, j'ai toujours besoin de partager. La musique rassemble les gens par empathie. Mais bon, c'est un monde difficile. Je peux parfois être abattue, mais aussi une guerrière sauvage. Oser être les deux, c'était l'objectif, afin d'apprécier les autres à leur juste niveau. Une amie à moi, Emily Wells, m'a demandé ce que je voulais accomplir. Que vous ressentiez quelque chose lorsque vous écoutez mes chansons, même si c'est une irritation. Je ne fais pas de musique de fond, j'ai trop d'urgence pour ça. Je suis plus qu'une petite chanteuse!

Photo: © Kylie Coutts


Sortie DVD: A Simple Favor (L'ombre d'Emily)

Au départ, Disparue est un roman de chick-lit qui a connu un succès retentissant [...]

Sortie CD: Eiffel – Stupor Machine

Les Bordelais de Eiffel ont vécu de longues années dans l’ombre de Noir Désir [...]

SOCIAL

Jobs in the picture





 

Recettes des quatre coins du monde

Il est temps de ressortir ta boussole car GUIDO a rassemblé pour toi les plats les plus savoureux [...]

27/05/2019

Sortie CD: Little Jimmy – Blues Rebel

Le groupe Little Jimmy and the Sharks a eu l’honneur de faire la première partie des Rolling [...]

26/05/2019

Tetris 99 (Nintendo Switch)

Battle Royale nous fait immédiatement penser à Fortnite, dans lequel il faut être [...]

25/05/2019

GUIDO SA est l'entreprise média de niche numéro 1 en Belgique vers le groupe-cible des jeunes (les étudiants en particulier), les écoliers et les young starters.

Bruiloftstraat 127, 9050 Gentbrugge
Tel.: +32 (0) 9 210 74 84