Image
27/11/2019

RIAN JOHNSON nous parle de 'Knives Out'... et de 'Star Wars'!

Lors du dernier Festival du Film de Gand, le réalisateur Rian Johnson est venu présenter son nouveau film Knives Out, un éblouissant whodunit au scénario pointu et à l'humour incisif. Une visite attendue, car Johnson est principalement connu pour être le réalisateur du film The Last Jedi, le huitième épisode de la saga Star Wars.


Dans Knives Out, un écrivain âgé de 85 ans trouve la mort lors d'une réunion de famille dans sa maison de campagne excentrique. Tout le monde est donc suspect et c'est à un détective laconique de trouver le coupable grâce à quelques indices.

Rian Johnson: Vous avez probablement déjà compris que Knives Out est né de mon amour pour Agatha Christie. J'ai grandi avec ses livres et leurs adaptations au cinéma, en particulier celles dans lesquelles Peter Ustinov jouait le rôle d'Hercule Poirot. Ces films pouvaient toujours compter sur un casting de stars très glamour. Et surtout: c'étaient de très bons murder mysteries. J'ai réfléchi à ce script pendant dix ans, jusqu'à ce que tout soit parfait. Je suis d'accord avec Hitchcock quand il dit que la faiblesse potentielle d'un whodunit est toujours située au milieu du film, lorsque les indices sont collectés dans l'attente de la grande surprise à la fin. J'ai essayé d'utiliser le mécanisme d'un thriller hitchcockien dans un whodunit, sans toucher au plaisir du genre. Les pièces du puzzle devaient s'emboîter parfaitement, mais je voulais aussi que le spectateur s'attache aux personnages.

Ironie

GUIDO: Votre amour pour le genre transparaît clairement à l’écran, mais avec une certaine ironie. Knives Out est-il une sorte de pastiche?
Rian Johnson
: Pas du tout! Déjà à l'apogée du whodunit, dans les années vingt et trente, c'était un genre qui se caractérisait par une grande ironie et un humour particulier. Chez Agatha Christie, on peut souvent lire des déclarations du type «Ça ressemble à une scène de roman policier!» Très méta, déjà à cette époque. Le genre l'exige. Hercule Poirot est un personnage très amusant, n'est-ce pas?

GUIDO: Votre détective Benoit Blanc, interprété par Daniel Craig, est aussi très drôle. Pourquoi lui avoir donné un accent du Sud aussi prononcé?
Rian Johnson
: (rires) C'était déjà indiqué dans le script qu'il aurait un accent d'un État du Sud. Nous avons ensuite cherché ensemble la région qui convenait le mieux. Je voulais quelque chose qui soit agréable à l'oreille, une voix traînante. Pas de sons aigus. J'ai envoyé à Daniel un enregistrement de Shelby Foote, une journaliste du Mississippi. Il a immédiatement adoré cet accent et a tout mis en œuvre pour l'obtenir. On ressent clairement dans le film le plaisir que ça lui a procuré. Daniel joue très bien James Bond, mais il a ici saisi l'occasion de faire quelque chose de complètement différent.

Le Trône de Fer

GUIDO: Dans une scène, Benoit Blanc est confronté à quelque chose de similaire au Trône de Fer de Game of Thrones. Pourquoi?
Rian Johnson
: C'était un accident!

GUIDO: Vraiment? C'est tellement gros!
Rian Johnson
: Je sais, et pourtant c'est le cas. Le script disait: 'Il y a quelque chose sur le mur qui ressemble à une icône religieuse faite de couteaux'. Ce n'est pas si absurde qu'une telle chose se trouve dans la maison d'un auteur de polars qui a connu la richesse grâce à un livre intitulé A Thousand Knives, n'est-ce pas? Les responsables des décors ont ensuite fabriqué quelque chose avec une grille de barbecue sur laquelle ils ont attaché des tas de couteaux. Je trouvais cela magnifique. Je me suis ensuite assis devant, j'ai regardé à travers l'objectif de la caméra et j'ai pensé: «ah…» Ensuite, je l'ai vu aussi. (rires) Mais ce n'était pas intentionnel.

«Réaliser un Star Wars a été la meilleure expérience de ma vie»

GUIDO: Votre expérience en tant que réalisateur de Star Wars vous a permis d'avoir Frank Oz devant la caméra dans Knives Out, chose qui n'arrive pas souvent, car Frank préfère se cacher derrière ses marionnettes.
Rian Johnson
: Oui, et c'est une grande chance! Frank est le gars le plus gentil du monde. Pour The Last Jedi, je lui ai demandé de venir jouer Yoda à l'ancienne: en tant que marionnettiste, pas de manière numérique. Cela s'est si bien passé que nous sommes devenus amis. Frank n'aime pas jouer devant la caméra, alors j'ai vraiment dû le convaincre.

GUIDO: The Last Jedi était-il stressant à faire, parce que les attentes d'un film de Star Wars sont astronomiquement élevées?
Rian Johnson
: Réaliser un Star Wars a été la meilleure expérience de ma vie. Vraiment. Je répéterai certainement les mêmes mots sur mon lit de mort, j'en suis sûr. Je suis fou de Star Wars depuis l'âge de cinq ans. Tout était fantastique: inventer l’histoire, écrire, réaliser le film, la sortie, le contact avec les fans… Pour moi, The Last Jedi, c'est un rêve devenu réalité. Tous les projets que je fais sont très personnels. Ce n'est pas exact de dire que je réalise Knives Out pour moi-même et Star Wars pour le studio. One for me, one for them, ce n'est pas comme ça que ça marche.

GUIDO: Three for them, car vous travailleriez apparemment sur une nouvelle trilogie Star Wars, créée après The Rise of Skywalker?
Rian Johnson
All for me. (rires) En effet, ce projet se concrétise. Comment et quand, je ne peux pas encore vous le dire, mais j'y travaille, en collaboration avec Lucasfilm. Un peu de patience, donc.


Un podcast pour chaque étudiant

Oublie Spotify ou ton best-of des Grosses Têtes! Et si tu écoutais plutôt un podcast [...]

Sortie BD: Les Conquérants de Troy - Intégrale

Troy est un monde neuf qui appartient à l’entreprise multi-galaxiale du Consortium des Fleurs. [...]

  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider

SOCIAL

Topmovies

Jobs in the picture

  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider






 

 

Sortie ciné: Filles de joie

C'est grâce à son troisième film (Une liaison pornographique) que le réalisateur [...]

13/02/2020

Sortie DVD: C'est ça l'amour

Bouli Lanners est l'un de nos meilleurs acteurs, c'est indéniable. Pourtant, on l'avait [...]

12/02/2020

En route ou dans ton kot? Les gaufres, c'est hot!

Oublie ton appareil à croque-monsieur ou à paninis, le gaufrier fait son grand retour et [...]

10/02/2020

GUIDO SA est l'entreprise média de niche numéro 1 en Belgique vers le groupe-cible des jeunes (les étudiants en particulier), les écoliers et les young starters.

Bruiloftstraat 127, 9050 Gentbrugge
Tel.: +32 (0) 9 210 74 84