Image
22/12/2020

SOPHIA: «Je me sens plus apaisé»

Flash-back: En 1994, l’existence de The God Machine s’arrête brutalement suite au décès du bassiste du groupe. Si un second album posthume verra finalement le jour, Robin Proper-Sheppard ne peut à aucun moment envisager de poursuivre l’aventure. Terrassé par la tristesse, il saborde son groupe en pleine ascension et revient quelques années plus tard sous le nom de Sophia.


«Je n’ai jamais pensé en termes de carrière. Lorsque j’ai fondé The God Machine, je n’avais jamais envisagé de devenir musicien professionnel ou songwriter. Par après, j’ai clairement voulu prendre mes distances par rapport à la musique. Le premier album de Sophia (Fixed Waters) a fait office de catharsis et son succès m’a complètement pris par surprise. À l’époque, je pensais me reconvertir comme prof.» Nourri du vécu de son auteur, la carrière de Robin a ensuite connu des hauts et des bas. Si Sophia a toujours pu compter sur le soutien indéfectible de la presse et d’un fidèle public, force est de constater qu’il ne parvenait plus vraiment à nous surprendre sur ses derniers albums. À force d'exploiter le même filon, Robin creusait petit à petit sa tombe. Jusqu’à ce qu’il se décide enfin à sortir de sa zone de confort… ou plutôt d’inconfort, à rebrancher les guitares électriques sur quelques titres épiques et laisser passer un rayon de lumière sur les morceaux acoustiques. C’est bien simple, Sophia retrouve panache, flamboyance et sincérité sur ce miraculeux nouvel album. 

«Après la sortie de There Are No Goodbyes, j’ai connu une longue période de questionnement. Aujourd’hui, le besoin viscéral de composer n’est donc plus aussi présent chez moi qu’à l’époque. Cela explique en grande partie cette longue période de silence discographique. Je me sens plus apaisé, je suis probablement devenu moins nombriliste, plus ouvert sur le monde. J’ai aussi certainement gagné en sagesse. Sur le nouvel album Holding On/Letting Go, il n’y a donc plus vraiment de thème central. J’ai également la chance d’être entouré par des musiciens absolument fantastiques, qui m’ont poussé à me remettre en question. Du coup, j’ai senti que je pouvais tenter de nouvelles choses.» Et même des titres franchement rock comme We See You qui évoque The God Machine ou Iggy Pop. Alors que Robin a allègrement franchi le cap de la cinquantaine et qu’on pensait le chanteur américain au crépuscule de sa carrière, c’est à une véritable renaissance artistique que l’on assiste ici avec un disque véritablement miraculeux dont la sincérité et les flamboyances nous renvoient aux meilleurs moments de sa longue carrière.

Photo: © PhilipLethen.com


ERASMUS: Dilay en Italie

Les voyages forment la jeunesse… On en veut pour preuve le récit des aventures de Dilay qui est [...]

5 immanquables à SÉVILLE (5/5): Une immersion dans la culture espagnole

Tu es à la recherche d'une destination ensoleillée à la gastronomie réputée et au patrimoine important? [...]

  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider

SOCIAL

Jobs in the picture






 

 

GUIDO SA est l'entreprise média de niche numéro 1 en Belgique vers le groupe-cible des jeunes (les étudiants en particulier), les écoliers et les young starters.

Bruiloftstraat 127, 9050 Gentbrugge
Tel.: +32 (0) 9 210 74 84