Image
10/03/2021

BALTHAZAR: «Nous en avions encore sous la pédale»

Moins de deux ans après le formidable Fever, Balthazar fait déjà son retour avec un cinquième album composé en partie durant le calme assourdissant du confinement. Rencontre avec Jinte, l’un des deux leaders du groupe courtraisien.


GUIDO: Est-ce qu'on peut-on dire que Sand est le petit frère de Fever?
Jinte:
Je dirais plutôt que c’est son grand frère! (rires) Après l’enregistrement de Fever, nous avions tous l’impression que nous pouvions pousser le côté groovy encore plus loin. Nous en avions encore sous la pédale, c’était une évidence pour chacun d’entre nous. Fever a donc été le point de départ de Sand. Il y a ce même groove, cette même énergie. C’est clair que l’on ne retrouve plus le côté mélancolique qu’il y avait sur Rats ou Thin Walls.

«Tout va de plus en plus vite aujourd’hui»

GUIDO: Ce confinement en mars vous a obligés à adapter votre manière de travailler, à Maarten et toi…
Jinte:
Notre objectif, c’était de continuer sur notre lancée et de sortir un nouvel album aussi vite que possible. Près de la moitié des morceaux ont ainsi été écrits durant la tournée Fever. La pandémie nous a ensuite obligés à travailler différemment. Mais je ne peux pas dire que nous avons été freinés. Sand aurait été un album différent s’il n’y avait pas eu de pandémie. Nous avons utilisé beaucoup de samples de batterie ou de synthétiseurs de basse car nous ne pouvions pas nous retrouver à cinq en studio. Du coup, Sand est clairement plus électronique que Fever.

GUIDO: La pochette de l’album est pour le moins surprenante…
Jinte:
Elle ne laisse pas indifférent et c’était le but. Lorsqu’un ami m’a montré une photo de cette sculpture pour la première fois, j’ai tout de suite trouvé cela intéressant, étonnant. Avec cet éléphant de mer, la sculptrice Margriet Van Breevort a voulu symboliser l’attente. Cette sculpture est exposée dans la cour du centre médical universitaire de Leyde, aux Pays-Bas. Homunculus Loxodontus (ou The One Who Waits) représente donc le patient en attente d’une consultation. Lorsqu’on compose et enregistre un album, on ne se rend pas toujours compte que certains éléments ou thèmes reviennent quasi systématiquement. Le temps, la manière dont il s’écoule - qui est souvent symbolisée par le sable - et l'attente ont servi de fil rouge à ce nouvel album. C’est un thème qui est récurrent sur Sand. Au départ, ce thème est purement autobiographique. Il symbolise bien notre vie privée et au sein du groupe, une vie qui est parfois fort animée, mais également coupée par des moments de calme, d’attente.

GUIDO: L’attente, c’est un thème terriblement d’actualité en ce moment!
Jinte:
Nous n’avons pas essayé de coller à l’actualité mais il est clair que notre patience est mise à rude épreuve depuis le mois de mars dernier. Et puis, même si nous sommes contraints de plus ou moins nous confiner, le temps continue d’avancer de manière inexorable. Tout va de plus en plus vite aujourd’hui.

«Cette pause forcée m'a fait du bien»

GUIDO: Vous avez été véritablement sevrés de concerts durant ces derniers mois… Difficile?
Jinte:
Cela fait plus de dix ans que nous sommes constamment le nez dans le guidon, avec Balthazar ou nos side-projects. En douze ans, c’est la première fois que je ne fais plus de concerts durant un an. Cela va peut-être te surprendre, mais cette pause forcée m’a fait du bien. La routine album-promo-tournée est parfois épuisante. Cela dit, les concerts me manquent. Et un album ne prend vie que lorsqu’on est confronté avec le public. La sortie de Sand est donc vraiment particulière à ce niveau, car aucune date de concert n’a pu être planifiée pour les prochains mois.

GUIDO: Si vous ne pouvez pas partir en tournée dans les prochains mois, vous pourriez réactiver vos projets parallèles?
Jinte: 
J. Bernardt et Warhaus existent toujours mais sont 'on hold' pour le moment. Balthazar est clairement notre priorité et nous adorons ce nouvel album. Nous sommes dans une période très particulière, et c’est vrai que ce n’est pas évident en tant que groupe, surtout d’un point de vue purement économique à cause de l’impossibilité de partir actuellement en tournée. J’imagine que nous pourrons sortir de l’impasse d’ici quelques mois…

Balthazar: Sand (PIAS)

Photo: © Alexander D'Hiet


Sortie DVD: Proxima

Alors qu'elle s'apprête à partir pour une mission spatiale de première ligne, [...]

5 façons de découvrir la CHARENTE-MARITIME: L'Île de Ré à vélo (5/5)

Pour le moment, les voyages transfrontaliers sont compromis mais on a bon espoir que ce ne soit plus [...]

  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider

Topmovies

SOCIAL

Jobs in the picture






 

 

Sortie BD: Ghost Kid

Alors qu'il surveille les clôtures d'un large ranch, le vieux cowboy Ambrosius Morgan reçoit [...]

21/01/2021

Un gin 100% belge à base de kumquats

Le milieu du gin est en pleine effervescence, ce n'est rien de le dire! Alors que des nouveautés [...]

20/01/2021

KOT À L'HONNEUR: Le Rhétokot

Dans chaque numéro du Guido Magazine, nous mettons un kot-à-projet à l'honneur. [...]

19/01/2021

GUIDO SA est l'entreprise média de niche numéro 1 en Belgique vers le groupe-cible des jeunes (les étudiants en particulier), les écoliers et les young starters.

Bruiloftstraat 127, 9050 Gentbrugge
Tel.: +32 (0) 9 210 74 84