Image
18/04/2006

Y a-t-il une vie après François l'Embrouille?

Après avoir mis nos zygomatiques à rude épreuve dans son costume de François l'Embrouille, voici que François Damiens tente de se faire un nom au cinéma. Vous pourrez en effet le retrouver à l'affiche de trois films au cours de cette année.

Dont le très attendu Cowboy de Benoît Mariage, en compagnie de Benoît Poelvoorde . Retour sur le parcours de ce personnage haut en couleurs.

François Damiens
: Après mes humanités, j'ai commencé des études en Sciences Eco à l'ULB. Des études que j'ai vite arrêtées. Enfin, pas vraiment arrêtées vu que je ne les ai jamais vraiment commencées! Je ne savais pas quoi faire… J'ai été juste à deux, trois cours comme ça, je n'avais même pas de quoi noter! Après être parti durant deux mois en Thaïlande, je me suis quand même dit qu'il fallait que je fasse quelque chose! J'ai donc commencé l'EPHEC en commerce extérieur vu que ça ne durait que trois ans, avec en plus six mois de stage. Mon stage que j'ai effectué en Australie. Je ne devrais peut-être pas le dire, mais je n'ai été que trois jours au stage (rires). J'y ai donc surtout voyagé! J'ai toujours fait le minimum pour réussir, je n'ai jamais visé le 18, mais plutôt le 12. En première année, je me suis même rendu compte le 1 er juin que je n'avais pas une seule note de cours, ce qui a donné une belle intégrale en juin.

François à la télé

GUIDO: Comment passe-t-on d'études de commerce extérieur aux caméras cachées?
François Damiens
: Je ne savais pas encore si ça allait être des caméras cachées, mais depuis tout petit déjà, je me filmais avec des potes en train de faire les cons. J'ai donc décidé de faire des études afin d'avoir le temps de me lancer dans ce que je voulais vraiment faire. La comédie, le cinéma ou le théâtre, ça ne marche pas du premier coup, d'où l'utilité d'avoir une bouée de secours.

GUIDO: Comment est né le personnage de François l'Embrouille?
François Damiens
: Je ne l'ai pas fabriqué du tout. C'est moi, je suis toujours resté naturel dans mes caméras cachées. Vu que je fais ça depuis que je suis gamin, je ne l'ai jamais vraiment considéré comme de la comédie.

GUIDO: Faire durant toute une journée la même caméra cachée, n'est-ce pas trop lassant à la longue?
François Damiens
: Ça n'est jamais vraiment la même chose. Une fois que la personne arrive, je ne sais pas encore exactement ce que je vais faire. C'est surtout le piégé qui fait le spectacle dans une caméra cachée, moi je ne fais qu'alimenter le truc en jouant au con à côté de lui.

GUIDO: Tu ne t'es jamais retrouvé dans une situation fâcheuse au cours de l'un de tes gags?
François Damiens
: Y en a bien quelques-uns qui sont partis en pétant un câble, mais je n'ai jamais eu de coups ni quoi que ce soit! Mais, je n'ai jamais vraiment été méchant au cours de mes caméras cachées, ni spécialement grossier.

GUIDO: Maintenant que tu perces au cinéma, vas-tu continuer les caméras cachées?
François Damiens: Oui, j'en ai toujours l'envie. J'ai toujours aimé faire des caméras cachées, et maintenant, je peux vraiment les faire à mon rythme. Je n'ai plus aucune contrainte de temps. L'avantage de ces émissions ponctuelles, c'est que tu peux les faire quand tu en as vraiment envie. Je n'ai donc aucune pression de la part de RTL. Y a en effet rien de pire pour un créatif de travailler à la commande. Si tu dois peindre, par exemple, et que tu n'en as aucune envie, c'est pas l'idéal. Au cinéma, tu dois attendre que l'on te propose des rôles alors que les caméras cachées me laissent une certaine indépendance et une plus grande liberté.

François au cinéma

GUIDO: Tu entames à présent une carrière au cinéma (OSS 117 , Dikkenek et Cowboy dont les tournages sont maintenant terminés). C'est là ta première expérience au grand écran?
François Damiens
: Il y a dix ans, je suis monté sur une échelle derrière Line Renaud, mais on ne peut pas appeler ça une expérience. C'était même pas de la figuration, encore un stade en dessous! (rires)

GUIDO: Comment tout cela s'est-il enchaîné?
François Damiens
: J'ai commencé par tourner Dikkenek , produit par Luc Besson et tourné en Belgique. Alors que pour ce film, on a pensé à moi, pour le film de Benoît Mariage (Cowboy), c'est moi qui ai décidé de le contacter en lui disant que j'aimais bien ce qu'il faisait. Ce sont à chaque fois en tout cas des rencontres qui débouchent sur quelque chose de concret.

GUIDO: Le personnage de François l'Embrouille ne te colle-t-il pas trop à la peau en vue d'une carrière au cinéma?
François Damiens
: Ça m'a plutôt facilité les choses puisque j'avais l'occasion de leur montrer ce que je faisais. Dans Cowboy par exemple, je n'ai pas du tout un rôle de François l'Embrouille, ils ont donc certainement senti que j'étais capable de faire quelque chose d'autre. C'est très épuré, comme le style habituel de Benoît Mariage.

GUIDO: Tu as un modèle au cinéma?
François Damiens
: En fait, je ne me suis jamais vraiment intéressé au cinéma. Cependant, à force d'en parler avec les deux Benoît, j'ai opéré une sorte de mutation. Ils sont tellement pointus que ça m'a donné envie de m'y intéresser et de continuer sur cette voie.

GUIDO: Et si, demain, on te proposait de faire un film autour du personnage de François l'Embrouille?
François Damiens
: Je dirais non, ça ne tiendrait jamais une heure et demie, c'est un peu creux comme personnage. Pour le moment, on est sur un projet de film avec un personnage principal haut en couleurs, mais pas du tout inspiré de François l'Embrouille qui n'est pas un personnage de fait, puisque c'est moi!

GUIDO: Donc, faire un film sur toi, ça ne serait pas très intéressant?
François Damiens : Ben non! (rires) Ce qui est intéressant, c'est de jouer autre chose que sa propre vie.

François et la célébrité

GUIDO: L'idée d'un one-man-show ne t'a jamais traversé l'esprit?
François Damiens
: Effectivement, j'y ai déjà pensé, même depuis que je suis tout petit! Mais, vu le fait que j'ai commencé les caméras cachées un mois après les études et avec le cinéma qui s'est immiscé dans ma vie, je n'ai pas le temps pour le moment de m'y intéresser. Un spectacle de stand-up dans la veine de Gad Elmaleh, et pas me déguiser en personnages différents entre tous les actes de la pièce. Un truc proche des gens, c'est ce que je préfère.

GUIDO: La célébrité ne t'a-t-elle jamais fait péter les plombs?
François Damiens
: Non, pas vraiment, au fur et à mesure que tu évolues, tu te remets perpétuellement en question. Tu te demandes si tu ne vas pas commencer à lasser les gens. Je suis lucide sur ce fait-là, il est très possible que ça s'arrête subitement.

GUIDO: Comment arrives-tu à gérer cette célébrité?
François Damiens: Ça n'arrive pas du jour au lendemain, tu as donc largement le temps de t'y faire. Je n'ai jamais visé la célébrité à tout prix, c'est plutôt une des conséquences de mon métier. Etre reconnu dans la rue et signer les autographes, ça fait partie du jeu. Et si tu n'as pas envie d'être reconnu dans la rue, tu sais très bien ce que tu dois éviter, comme faire les soldes à la Rue Neuve, par exemple.

GUIDO: Ce qui veut donc dire que tu n'as jamais l'occasion de faire les soldes à la Rue Neuve?
François Damiens
: Tu fais alors ouvrir un magasin rien pour toi! (rires)

(SD)

  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider

Jobs in the picture

  • Slider
  • Slider
  • Slider





 

GUIDO SA est l'entreprise média de niche numéro 1 en Belgique vers le groupe-cible des jeunes (les étudiants en particulier), les écoliers et les young starters.

Bruiloftstraat 127, 9050 Gentbrugge
Tel.: +32 (0) 9 210 74 84