Image
16/05/2011

Fanny Jandrain: «La veille de mon examen de droit, je jouais la pièce du Télévie!»

Elle en a fait du chemin, Fanny Jandrain, depuis ses études au Conservatoire de Mons! Bien ancrée à son poste de speakerine sur RTL, elle n'en oublie pas pour autant ses premières amours: la comédie. C'est d'ailleurs cette passion qui l'a poussée à entreprendre des études en art oratoire. On revient avec elle sur son parcours d'étudiante presque modèle!


GUIDO: La comédie a toujours fait partie de ta vie?
Fanny Jandrain
: En effet, j'étais déjà en humanités artistiques à l'école et j'avais donc onze heures de cours de théâtre par semaine. Le théâtre a toujours été ma passion première, j'ai d'ailleurs commencé à en faire dès l'âge de dix ans.
 
GUIDO: Pourtant, tu as failli te lancer dans des études de droit.
Fanny Jandrain
: Après les secondaires, c'est toujours difficile de choisir sa voie. J'ai donc beaucoup hésité entre le droit, le stylisme ou le Conservatoire. Mon papa est avocat et je trainais souvent dans son cabinet quand j'étais petite. Il m'arrivait souvent d'aller le voir plaider. J'en étais fan!
 
«On ne se prenait surtout pas au sérieux!»
 
GUIDO: Tu as donc choisi de faire tes études au Conservatoire de Mons, dans l'option 'art oratoire'. En quoi cela consiste-t-il?
Fanny Jandrain
: L'option 'art oratoire' développe la technique du seul-en-scène. A la fin de ce parcours, on doit être capable de tenir seul en scène pendant 1h45 en ayant créé un spectacle et en connaissant les bases de la technique. On avait donc des cours de formation corporelle ou vocale, de mouvements scéniques, de phonétique, …
 
GUIDO: Quel regard portes-tu maintenant sur ces quatre années d'études?
Fanny Jandrain
: C'était merveilleux! J'ai vraiment adoré l'ambiance qui régnait au Conservatoire. Je suis d'ailleurs retournée il n'y a pas longtemps dans la classe où j'avais cours et je me suis pris un fameux coup de vieux! Une certaine nostalgie m'a envahie, j'avais encore envie d'être à leur place!
 
GUIDO: On s'imagine aisément le sérieux qui doit régner dans les couloirs du Conservatoire…
Fanny Jandrain
: Au contraire! C'est tout sauf sérieux! Le Conservatoire de Mons a cette particularité de ne pas compter beaucoup d'étudiants. Il y a donc un lien assez fort qui se noue entre les élèves et les profs. On était en quelque sorte dans une bulle, dans notre petit monde à nous. On était tous un peu des saltimbanques qui ne se prenaient surtout pas au sérieux.
 
GUIDO: Un monde très fermé donc.
Fanny Jandrain
: C'est clair qu'on restait le plus souvent entre nous et qu'on organisait nos propres soirées l'un chez l'autre. Ce qui m'a permis de nouer de belles amitiés que je cultive encore aujourd'hui. J'adorais faire la fête avec eux. Chaque fois, c'était la même rengaine: je disais "Je ne rentre pas tard" et j'étais toujours la dernière à partir.
 
GUIDO: Tu t'es qualifiée à l'élection de Miss Belgique pendant tes études. Comment a réagi ton entourage?
Fanny Jandrain
: Je me suis inscrite à l'élection de Miss Hainaut plus pour rigoler qu'autre chose et j'ai été la première surprise de faire partie des vingt sélectionnées pour l'élection nationale. Alors que je me baladais dans les couloirs du Conservatoire en Converse et en jeans! Je n'aurais jamais voulu être Miss Belgique; j'aurais été trop malheureuse!
 
GUIDO: Tu n'as donc pas été déçue de passer à côté du sacre?
Fanny Jandrain
: Pas du tout, j'ai tout gagné justement à ne pas remporter ce concours. Le lendemain de l'élection, je passais un casting pour AB3 et une semaine après, RTL me téléphonait. J'ai donc eu un parcours un peu différent des autres étudiants étant donné que j'ai commencé à travailler à RTL pendant mes études. Des choses plus négatives se sont alors dessinées, de la jalousie de la part de certaines personnes. Deux ou trois maximum, mais cela m'a obligé à mordre sur ma chique et à essayer de ne pas prendre leurs remarques en compte.
 
GUIDO: Malgré ta nouvelle carrière cathodique, tu as quand même tenu à terminer tes études.
Fanny Jandrain
: Il faut être malade pour lâcher ses études du jour au lendemain. Dans la vie, il n'y a pas de secret: si on veut vivre pleinement, il faut bosser. Et pour bosser, il faut avoir fait des études.
 
GUIDO: A cette époque, on suppose qu'il a fallu t'accrocher pour mener ces deux choses de front?
Fanny Jandrain
: Mon quotidien était assez rempli: j'allais aux cours et passais mes examens comme tout le monde. Mais, en même temps, je travaillais aussi pour RTL. Pour ne donner qu'un exemple: la veille de mon examen de droit, je jouais la pièce du Télévie!
 
GUIDO: On imagine très bien que ces études te servent encore beaucoup aujourd'hui…
Fanny Jandrain
: Evidemment. Ces études m'ont fortement aidée, ne fût-ce que pour la diction ou pour ma gestion du stress par exemple. ça a également stimulé mon tempérament. D'un autre côté, j'en ai aussi appris beaucoup ici à RTL. L'école speakerine, quoiqu'on puisse en dire, est la meilleure école selon moi pour l'apprentissage de la télévision.
 
GUIDO: Tu montes encore sur les planches pour différentes pièces de théâtre. C'est important pour toi de garder un pied dans la comédie à côté de ton boulot de présentatrice?
Fanny Jandrain
: J'adore être en contact avec les gens. Qu'ils soient dans leur cuisine en train de regarder la télé ou dans la salle d'un théâtre. Je tiens à conserver ces deux carrières car elles se complètent relativement bien.
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider

Jobs in the picture





 

GUIDO SA est l'entreprise média de niche numéro 1 en Belgique vers le groupe-cible des jeunes (les étudiants en particulier), les écoliers et les young starters.

Bruiloftstraat 127, 9050 Gentbrugge
Tel.: +32 (0) 9 210 74 84