Image
26/09/2010

L'équipe de Willem Tack est championne du monde de saut à la corde

Il y a dix ans, Willem Tack, un étudiant de 22 ans, a troqué sa balle de foot pour une corde à sauter. Ce qui ne fut pas une mauvaise idée car, avec ses coéquipiers Wouter Tack, Stijn Geiregat et Jonas Vermeulen, il vient de devenir champion du monde de la discipline.


GUIDO: Willem, dis-le nous une bonne fois pour toutes: le saut à la corde est-il un sport de filles?

Willem:Non, mais beaucoup le pensent encore. Pourtant, cela a beaucoup changé avec les années, entre autre parce que c'est un sport spectaculaire et que certains trucs demandent beaucoup de force.
GUIDO: Tu pratiques ce sport depuis longtemps?
Willem:Il y a onze ans, j'ai assisté pour la première fois à un entraînement de saut à la corde avec une amie et j'ai été très vite fasciné par les prouesses que ces mecs arrivaient à réaliser. J'ai donc décidé de suivre quelques cours et j'ai immédiatement été séduit par ce sport. Si bien que j'ai arrêté le football et la gymnastique pour me concentrer à 100% sur le saut à la corde. Il ne m'a pas fallu longtemps avant d'atterrir dans une bonne équipe, ce qui a donné un coup de boost à mon apprentissage. Je m'entraînais alors quatre heures par semaine et une fois les bases acquises, je n'ai plus pu résister longtemps avant de participer à des compétitions. Entre-temps, mes entraînements se sont intensifiés, le plus souvent avec mes trois coéquipiers. Pour les Championnats du monde, cela s'est même élevé à deux à trois heures d'entraînement par jour. Durant ces entraînements, on essaie de pratiquer la vitesse et les chorégraphies.
GUIDO: Y a-t-il beaucoup de compétitions pendant l'année?
Willem:Au début de l'année a lieu une compétition en individuel. Autour de mars, avril, une compétition en équipe. En mai, une démonstration qui relève davantage du show que de la compétition. Et il y a encore les Championnats d'Europe ou du monde. Les deux se succèdent chaque année. Lors d'une compétition ordinaire, tu dois en premier lieu faire tes preuves dans des exercices de vitesse avant de commencer le freestyle. Au total, tu es côté selon plusieurs catégories: force, coordination, créativité et vitesse par exemple. Il faut obtenir de bons résultats dans tous ces paramètres pour être parmi le top.
GUIDO: La Belgique est-elle bien classée dans cette discipline?
Willem:Oui. La Belgique a un très bon niveau mondial. Autrefois, personne n'arrivait à battre les Américains, mais cela a fortement changé depuis. Nous avons remporté les deux dernières éditions, en Afrique du Sud et en Grande-Bretagne. En plus des Etats-Unis, l'Australie est aussi un concurrent solide tandis qu'Hong-Kong est également en train de faire son chemin.
GUIDO: Arrives-tu encore à t'aménager du temps libre parmi tous ces entraînements?
Willem:J'y arrive encore, oui. Je suis parfois effrayé du peu de temps dont je dispose, mais un bon planning règle souvent les choses. On est souvent à l'étranger, où nous pensons aussi à la détente. L'un dans l'autre, je pense que j'arrive encore à mener une vie d'étudiant normale. Parfois, je me vois obligé de refuser un verre, mais je n'ai pas à me plaindre.
GUIDO: Tu gagnes certainement bien ta vie avec le saut à la corde?
Willem:Je dis toujours la même chose à ce sujet: un Championnat du monde me coûte plus qu'il ne me rapporte. Il faut payer son voyage, ce qui s'élève vite à 2000 euros quand il faut se rendre aux Championnats du monde en Afrique du Sud ou en Australie. Gagner ne nous rapporte pas un seul euro, on le fait plutôt pour l'honneur. Pour l'amour du sport.
 

Comments

Oxford n'est plus la meilleure université européenne

Chaque année, le classement QS World University Rankings répertorie les meilleures universités du monde [...]

Comment structurer un travail universitaire?

Que ce soit pour un rapport de stage, un travail de fin d'année, un mémoire ou une thèse, l'étudiant [...]

Topmovies

SOCIAL

Jobs in the picture



 

 

GUIDO SA est l'entreprise média de niche numéro 1 en Belgique vers le groupe-cible des jeunes (les étudiants en particulier), les écoliers et les young starters.

Bruiloftstraat 127, 9050 Gentbrugge
Tel.: +32 (0) 9 210 74 84