Image
13/11/2014

La championne du monde de kicker est belge!

Nasja Segal (25 ans) a découvert le baby-foot à l'âge de treize ans, dans le café d'un ami de la famille. «Le plus souvent, on restait en haut, mais parfois on descendait pour une partie de kicker,» nous explique-t-elle. Désormais, elle possède un excellent blockshot et se joue facilement de la concurrence. Il y a quelques semaines, elle a même été sacrée championne du monde de la discipline.


 

GUIDO: Toutes nos félicitations d'abord! Même si je dois admettre que j'ignorais qu'il existait un championnat du monde de kicker!

Nasja: J'entends cela régulièrement, mais quand on voyage dans le monde, on remarque que c'est bien plus important qu'on pourrait le penser. Il n'y a pas seulement la compétition régulière avec quatre divisions (dans lesquelles on compte une quinzaine d'équipes qui jouent des matchs allers et retours), mais aussi des championnats provinciaux et belges, sans oublier le championnat du monde qui se déroule chaque année dans un pays différent. Ce que j'ai gagné, c'est encore un autre championnat du monde, qui a lieu tous les quatre ans. Cette fois, c'était à Bonn, en Allemagne. J'ai décroché la médaille d'or dans les catégories dames et mixte, mais je ne suis pas la seule Belge à m'être distinguée. Notre équipe nationale a même terminé à la deuxième place dans le classement des nations. Les Belges repartent souvent avec des prix. Une belle performance quand on sait que nous n'avons pas la possibilité de nous entraîner convenablement.

GUIDO: Qu'est-ce que tu veux dire par là?

Nasja: Contrairement aux autres pays, le baby-foot n'est pas considéré comme un sport en Belgique et aux Pays-Bas, mais comme un jeu de café. Par exemple, nous avons des bonshommes en bois sur notre table alors que dans les autres pays, sur les tables internationales, on joue avec des bonshommes en plastique. Donc, quand des compétitions internationales ont lieu dans notre pays, on doit se procurer une table allemande. Les règles du jeu sont également différentes. Il faut ainsi à chaque fois s'adapter quand on joue à l'étranger. Durant les championnats, on s'inscrit dans un maximum de séries, afin de s'entraîner au cours de ces matchs supplémentaires. Pendant les deux premières années, j'avais du mal à rester debout à cause du stress. Entre-temps, j'ai acquis de l'expérience, donc ça va mieux. Heureusement.

GUIDO: Il paraît que ça aide de boire une bière avant le match…

Nasja: Étant donné qu'il n'y a pas de véritables clubs en Belgique, on joue au café, ce qui veut dire qu'on boit des chopes, oui. C'est quand même notre activité du vendredi soir! (rires)

GUIDO: Tu joues parfois au baby-foot pour le plaisir?

Nasja: Oui, je n'arrive pas à m'en défaire. Parfois, on est en train de tâter la balle à deux quand des hommes demandent à jouer contre moi. Je dois parfois me retenir de rire, parce qu'ils ne sont vraiment pas bons (rires), mais tant qu'ils ne me défient pas, je ne vais pas les massacrer. J'essaie que ce soit un bon moment avant tout.

GUIDO: Pourquoi ne pas faire des paris? De l'argent facilement gagné, non?

Nasja: Mouais, peut-être. Mais je pense qu'ils connaîtraient alors ma réputation dans le café. Et on verrait alors apparaître une affiche avec ma photo sur la porte: 'Attention, ici joue Nasja'! (rires)

 

 

 


Comments

Oxford n'est plus la meilleure université européenne

Chaque année, le classement QS World University Rankings répertorie les meilleures universités du monde [...]

Comment structurer un travail universitaire?

Que ce soit pour un rapport de stage, un travail de fin d'année, un mémoire ou une thèse, l'étudiant [...]

Topmovies

SOCIAL

Jobs in the picture



 

 

GUIDO SA est l'entreprise média de niche numéro 1 en Belgique vers le groupe-cible des jeunes (les étudiants en particulier), les écoliers et les young starters.

Bruiloftstraat 127, 9050 Gentbrugge
Tel.: +32 (0) 9 210 74 84