Image
23/04/2016

Interview de Louise Carton, championne d'Europe de cross

Le 13 décembre 2015, la jeune Louise Carton (21 ans) s'est offert le plus beau des cadeaux de Noël: elle a été couronnée championne d'Europe de cross-country dans la catégorie 'Espoirs' à Hyères, en France. Nous avons pu admirer sa médaille d'un peu plus près dans son kot de Louvain, où elle suit des études de kinésithérapie.


GUIDO: Devenir championne d'Europe de cross, ça doit faire plaisir?

Louise: Absolument. L'été passé, j'ai remporté une médaille d'argent à l'Euro des Espoirs, dans les 5000 mètres sur piste, mais cette victoire surpasse tout. Je m'attendais à une place dans le top 5, mais gagner, c'est autre chose, évidemment.

 

GUIDO: Comment ont réagi les autres étudiants quand tu les as rejoints aux cours quelques jours plus tard?

Louise: Plutôt positivement. Ils trouvent cela intéressant, quelqu'un avec un statut de sportif professionnel, et sont assez curieux de savoir à quoi ressemble ma vie. Surtout le fait que je ne sois jamais entrée dans un Fac Bar en quatre ans, ils trouvent cela hallucinant. Ils me demandent aussi souvent comment j'arrive à tout gérer. Me lever, manger, m'entraîner après le premier cours, revenir sur le campus pour le deuxième cours et ensuite de nouveau m'entraîner. Les entraînements de course sont en fait complétés par des exercices de stabilisation et de force. Et le soir, je dois encore cuisiner, car je suis en kot.

 

GUIDO: J'en connais beaucoup qui, par fainéantise, se contenteraient de mettre une pizza au four.

Louise: J'en ai parfois envie, crois-moi, mais je ne le fais pas. J'aime cuisiner, heureusement. Oui, c'est un programme serré. En plus, la kinésithérapie n'est pas non plus l'orientation la plus facile à combiner avec un sport professionnel, étant donné qu'il y a beaucoup de pratique. Au deuxième trimestre, je passerai par exemple un mois entier à l'étranger. Et pendant l'été, passer mes examens n'est pas évident, à cause de toutes les compétitions auxquelles je participe.

 

GUIDO: Trouves-tu cela dommage de briller dans un sport qui n'est pas médiatisé en Belgique?

Louise: Il ne faut pas le faire pour la célébrité et gagner sa vie dans le monde de l'athlétisme est difficile, mais si ton niveau s'améliore, il y a de plus en plus de chances de s'en sortir financièrement. L'année passée, nous n'avons reçu que peu de soutien de la part de la fédération et nous avons donc été obligés de financer nos coûts par nous-mêmes. Inscrire un tel championnat à son palmarès, voilà la preuve que tout ça vaut le coup.

 

GUIDO: En mars prochain, tu défendras ton titre au Championnat de Belgique, pour la clôture de la saison de cross.

Louise: En effet. Ensuite, nous nous concentrerons sur la piste, avec en ligne de mire le Championnat d'Europe pour les seniors à Amsterdam début juillet et les Jeux Olympiques en août. La Belgique n'a pas à rougir au niveau international. Peut-être arriverons-nous encore à composer une équipe féminine l'année prochaine chez les seniors qui compte à haut niveau. Avec Almensh Belete, Veerle Dejaeghere…

 

GUIDO: Comme Veerle, as-tu l'intention de continuer jusqu'à tes quarante ans?

Louise: Veerle a toujours été si forte qu'elle n'a pratiquement jamais souffert de blessures. Il y en a peu qui peuvent en dire autant. En plus de cela, cela doit rester plaisant naturellement, car en tant que sportif professionnel, il faut faire beaucoup de sacrifices. Mais je compte encore continuer pendant dix ans. Et ensuite? Nous n'avons jamais pu partir en vacances sur une période de trois, quatre semaines, je ferais donc bien un beau voyage. À la montagne, par exemple?


Comments

Oxford n'est plus la meilleure université européenne

Chaque année, le classement QS World University Rankings répertorie les meilleures universités du monde [...]

Comment structurer un travail universitaire?

Que ce soit pour un rapport de stage, un travail de fin d'année, un mémoire ou une thèse, l'étudiant [...]

Topmovies

SOCIAL

Jobs in the picture



 

 

GUIDO SA est l'entreprise média de niche numéro 1 en Belgique vers le groupe-cible des jeunes (les étudiants en particulier), les écoliers et les young starters.

Bruiloftstraat 127, 9050 Gentbrugge
Tel.: +32 (0) 9 210 74 84