Image
29/09/2017

CYNTHIA BOLINGO: La fille la plus rapide de Belgique!

Il n'y a pas que Nafi Thiam ou les Borlée qui portent haut les couleurs de la Belgique dans les compétitions internationales d'athlétisme. Désormais, il faudra aussi compter sur Cynthia Bolingo, la sprinteuse la plus rapide du pays! Nous l'avons rencontrée pour en savoir plus sur sa manière de combiner sa carrière sportive avec ses études en sciences politiques.


GUIDO: Tu es récemment devenue la Championne de Belgique du 100 et 200 mètres. Tu es donc la fille la plus rapide de Belgique!
Cynthia Bolingo
: C'est un titre très valorisant, que ce soit pour l'athlète ou le palmarès en lui-même. Il faut savoir gérer et assumer ce succès pour pouvoir conserver son titre l'année d'après. L'année prochaine, je ne serai plus l'outsider mais la personne qui doit absolument maintenir son titre.

GUIDO: Ça te rajoute en quelque sorte une pression supplémentaire pour les futurs championnats!
Cynthia Bolingo
: Non, parce qu'on n'y est pas encore mais j'y pense déjà. Je me dis que l'année prochaine, l'objectif ne sera plus de conquérir ce titre mais de le garder!

Aux J.O. avec Nadal

GUIDO: Tu as participé aux Jeux Olympiques de 2016, une expérience inoubliable, évidemment?
Cynthia Bolingo
: Cela procure une sensation particulière de participer à des J.O., tous les athlètes y sont mélangés, peu importe le niveau, il n'y a pas de séparation sauf pour ceux qui sont vraiment au top du top et qui ont une certaine notoriété. Pour ne pas qu'ils soient dérangés en-dehors du village. Même si je savais que je n'avais pas volé ma place, quand je me retrouvais entourée de toutes ces personnalités sportives, je me rendais compte de mon petit niveau et de ce que je devrais encore faire pour leur arriver à la cheville! (sourire)

GUIDO: Comment était l'ambiance au sein de la délégation belge?
Cynthia Bolingo
: Dans un premier temps, on est évidemment tous concentrés voire tendus, ce qui ne nous empêche pas de rigoler ensemble, bien entendu. Au fur et à mesure de la compétition, ça se détend de plus en plus, ce qui nous permet de mieux faire connaissance.

GUIDO: Les J.O. avaient lieu à Rio, ne me dis pas que tu n'as pas profité de l'effervescence de cette ville mythique!
Cynthia Bolingo
: Au début, c'est impossible parce qu'on a toujours cette petite voix qui nous dit: «Ce n'est pas une bonne idée»! Après la compétition, on a évidemment essayé d'en profiter un maximum en visitant les monuments-phares de la ville.

Un déclic à 19 ans

GUIDO: L'athlétisme était-il un rêve d'enfant?
Cynthia Bolingo
: Pas du tout! En fait, je n'ai jamais réellement voulu faire de l'athlétisme. J'ai commencé à l'âge de 15 ans, donc assez tard. J'ai vraiment eu le déclic vers mes 19 ans quand j'ai eu envie d'évoluer dans une structure un peu plus professionnelle.

GUIDO: Quelles sont les qualités à développer pour être une bonne sprinteuse? Courir vite, mais encore?
Cynthia Bolingo
: C'est vrai que c'est intéressant de courir vite pour être une bonne sprinteuse! (rires) Les caractéristiques ont changé au cours des dernières années. Auparavant, on avait le prototype du sprinteur musclé, avec un gabarit bien précis. Maintenant, il y a de tout: des grands, des minces, des musclés, … Il faut surtout avoir l'envie et un bon mental.

GUIDO: Comment on gère justement son mental sur un si court laps de temps?
Cynthia Bolingo
: Chacun le gère un peu à sa manière. C'est clair que c'est un sport très difficile sur le plan mental. C'est un sport individuel, tu es donc toujours la seule et l'unique responsable en cas de mauvaises prestations. Personnellement, j'essaie de laisser mon corps s'exprimer sans que le mental n'intervienne de trop. Je suis plus axée sur la relaxation, le fait d'être détendue, que le mental en lui-même.

Une étudiante discrète

GUIDO: Tu es étudiante en sciences politiques, il ne t'a jamais traversé l'esprit de laisser tes études de côté pour te concentrer sur ta carrière sportive?
Cynthia Bolingo
: Même si c'est difficile, je l'avoue, c'était très important pour moi de continuer mes études. J'ai eu du mal à concilier les deux, surtout au début de mes études. J'ai toujours eu envie d'avoir une formation intellectuelle en plus de cette formation sportive. Pour préparer mon après-carrière, par exemple.

GUIDO: Comment les autres étudiants accueillent-ils tes prestations?
Cynthia Bolingo
: Dans le cadre de mes études, je n'ai pas spécialement envie de parler d'athlétisme. Je suis plutôt quelqu'un de discret, je n'en parle pas forcément. Il n'y en a que deux ou trois dans ma classe qui sont au courant de ma carrière sportive, celles avec qui je suis plus proche. Bizarrement, je suis plutôt nonchalante dans la vie alors que je suis rapide sur une piste d'athlétisme! (rires)

GUIDO: Pas de guindailles pour toi, on suppose?
Cynthia Bolingo
: Et comment! J'ai seulement compris il y a deux mois ce qu'était un TD! (rires) Je ne sais même pas à quoi ça ressemble, ni où ça se passe. Je n'ai donc aucune idée du folklore estudiantin, mais ça ne me dérange pas plus que ça. Je m'autorise quelques sorties, surtout en fin de saison. Il faut vivre, quand même! J'essaie donc d'avoir un minimum de vie sociale, de sortir, de voir des amis… Il y a des périodes où c'est pratiquement impossible à cause du nombre de compétitions qui s'enchaînent, je dois donc mettre le holà à ce moment-là. 

GUIDO: Comment s'annonce cette nouvelle saison sportive?
Cynthia Bolingo
: Je vais reprendre les entraînements vers la mi-octobre. Dans mes objectifs, il y aura les Championnats d'Europe en juillet à Berlin. Ce sera le grand rendez-vous de l'année prochaine. Et surtout: battre mes records et que je puisse continuer à progresser.

GUIDO: Tu penses déjà aux J.O. de 2020?
Cynthia Bolingo
: Ce sont plus les gens qui y pensent pour moi, en fait! (sourire) J'y ai bien sûr aussi déjà pensé, mais il peut se passer tellement de choses d'ici là, je ne sais pas comment mon corps réagira, ma carrière évoluera, j'essaie donc de vivre saison par saison. Évidemment, 2020 reste un objectif, c'est certain, même si j'essaie de ne pas me prendre la tête avec ça pour le moment.

Plus d'infos sur son Instagram: @Cynthia_bolingo

Photos: © Laetizia Bazzoni


Comments

Le jeu UNO s'offre une nouvelle version spéciale 'alcool'!

Qui n'a jamais passé des soirées délirantes au kot autour d'une partie endiablée [...]

KLEUREYCK: Le Design Museum Gent met l'accent sur les couleurs de Van Eyck dans le design

Dans le cadre de l'année thématique OMG! Van Eyck was here, le Design Museum Gent accueille [...]

  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider

Topmovies

SOCIAL

Jobs in the picture






 


 

 

 

GUIDO SA est l'entreprise média de niche numéro 1 en Belgique vers le groupe-cible des jeunes (les étudiants en particulier), les écoliers et les young starters.

Bruiloftstraat 127, 9050 Gentbrugge
Tel.: +32 (0) 9 210 74 84