Image
25/02/2020

RAYANE BORLÉE: «Pour certains étudiants, je ne suis pas Rayane, mais 'le Borlée'»

Dans la famille Borlée, on demande le frère. Oui, mais lequel? Après Kévin, Jonathan et Dylan, on vous présente Rayane (20 ans) qui jongle actuellement entre ses études en économie à Solvay et sa carrière de sprinteur. C'est dans son kot, situé à 400 mètres du Cimetière d'Ixelles (t'as pigé la référence?), que nous avons rencontré le nouvel espoir de l'athlétisme belge.


GUIDO: Bizarrement, tu n'as pas immédiatement commencé par l'athlétisme…
Rayane: À 8 ans, j'ai commencé par faire du foot et du tennis. J'ai ensuite choisi de continuer le tennis pendant neuf ans. À 16 ans, j'ai décidé de passer à l'athlétisme parce que je me suis un peu lassé du tennis.

GUIDO: Quand on connaît la famille Borlée, on a du mal à s'imaginer que tu n'aies commencé l'athlétisme qu'à 16 ans. Pourquoi cet attrait si tardif?
Rayane: Ça s'est fait naturellement, j'ai envie de dire. Et mes frères et ma sœur m'ont beaucoup inspiré sur ce point. Je me suis dit: j'ai envie de faire comme eux.

GUIDO: Tu poursuis tes études malgré tes nombreux entraînements…  
Rayane: Clairement, on ne sait jamais de quoi l'avenir sera fait, il se peut que ma carrière s'arrête demain à cause d'une grave blessure, j'estime que les études, c'est quelque chose d'important sur quoi je pourrai m'appuyer à l'avenir.

GUIDO: Ça ne doit pas toujours être facile pour toi de jongler entre les études et les entraînements?
Rayane: En effet, c'est pour cette raison que j'ai décidé de faire un étalement de mon année. J'essaie de gérer cela par moi-même, je dois cependant avouer que je ne vais pas beaucoup en cours. Je préfère étudier chez moi et gérer mon planning à ma façon. C'est la même chose avec mes horaires d'entraînements qui varient selon mes disponibilités.

GUIDO: Tu n'as jamais songé à arrêter tes études pour te concentrer à 100% sur ton sport?
Rayane: Cette idée m'est déjà passée par la tête, surtout en période de blocus quand il faut étudier et continuer les entraînements malgré tout. Mais au final, je continue à suivre mes études parce que c'est quelque chose de très important pour moi.

GUIDO: Contrairement aux autres étudiants, tu dois respecter une certaine hygiène de vie?
Rayane: Il faut évidemment y faire beaucoup plus attention. De septembre à octobre, je me permets de sortir un peu plus parce que c'est la période creuse pour l'athlétisme. Mais dès que les entraînements recommencent, il faut mieux manger et moins sortir. Parfois, il y a une sortie ou deux qui se glisse pendant la saison, car ne pas sortir pendant un an, je pense que j'aurais du mal à le supporter!

GUIDO: Si tu sors, ce n'est pas uniquement ton coach qui te remonte les bretelles, mais aussi ton père puisqu'il cumule les deux fonctions!
Rayane: C'est plus facile maintenant que j'habite seul depuis trois ans. Quand j'habitais encore chez mon père, c'était souvent compliqué parce que le coach me remettait en place si j'allais dormir un peu trop tard. Maintenant, même si je peux faire comme j'en ai envie, j'essaie quand même de rester sérieux parce que j'ai besoin au minimum de neuf heures de sommeil pour récupérer!

GUIDO: Que pensent les autres étudiants de ta carrière sportive?
Rayane: Parfois, aux yeux des autres étudiants, je ne suis pas Rayane, mais plutôt 'le Borlée'. Ils me posent parfois quelques questions, mais sans plus.

GUIDO: Cette rage de vaincre que tu affiches en compétition, tu penses qu'elle faisait partie de ton ADN ou l'as-tu développée avec les années?
Rayane: C'est notre père qui nous a inculqué cette rage de vaincre, à mes frères, ma sœur et moi. Ça fait maintenant partie intégrante de notre philosophie et notre façon de penser.

GUIDO: Quelles sont tes ambitions pour 2020?
Rayane: C'est assez compliqué de me fixer des objectifs parce que je n'ai pas eu de saison 2019 à cause d'une blessure. Je ne sais pas trop où je me situe, ce que je vaux vraiment, j'ignore donc quelles sont les attentes que je peux avoir cette année. Tout ce dont j'ai envie, c'est de prendre du plaisir et de recommencer à courir en compétition. Après, je garde dans un coin de ma tête certaines choses que j'aimerais accomplir, comme les Championnats d'Europe à Paris.
 

Un 4x400 mètres 100% Borlée
​En avril dernier, les quatre frères Borlée (Kévin, Jonathan, Dylan et Rayane) ont couru pour la première fois un relais 4x400 mètres tous ensemble. Un moment assez spécial que le cadet de la famille n'est pas près d'oublier: «J'étais tout fou quand on m'a annoncé qu'on allait courir tous les quatre ensembles aux États-Unis. J'étais super content parce que c'était quelque chose dont on parlait depuis longtemps entre nous. Même si le chrono n'était pas spécialement bon, c'est plus l'opportunité d'avoir pu courir à quatre que je retiens. Et ce genre de moments, j'en redemande évidemment.»


Quelques questions en vrac à Rayane Borlée

Ton plus grand modèle dans le monde de l'athlétisme?

«Mes frères, évidemment. Le nombre de leurs courses que j'ai regardées et reregardées! (sourire) Ils ont toujours été une inspiration pour moi, avec le nombre de courses incroyables qu'ils ont fait.»

Ton joueur de foot préféré?
«J'ai du mal à pointer un joueur de foot en particulier. Les joueurs de foot, ça va, ça vient. Moi, je n'ai toujours été supporter que d'Arsenal. Et le reste des équipes, je m'en fous un peu. Mais bon, la légende d'Arsenal, ça reste quand même Thierry Henry.»

La meilleure musique pour s'entraîner?
«J'ai toujours aimé l'électro. Mais pour le moment, j'apprécie beaucoup Rilès.»

Ton spot préféré à Bruxelles?
«Mon kot! (rires) Sinon, un endroit où je vais souvent, c'est le O'Reilly's, pour voir les matchs d'Arsenal.»


Photo: © Tomas Sisk


Comments

Des étudiants en kot avec des anciens prisonniers

Dans la ville néerlandaise de Zwolle, des étudiants vont partager leur logement avec des [...]

#Réussite@home, le blocus virtuel de l'UCLouvain

Si les vacances de Pâques sont habituellement consacrées au pré-blocus pour une grande [...]

  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider

Topmovies

SOCIAL

Jobs in the picture

  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider






 

 

GUIDO SA est l'entreprise média de niche numéro 1 en Belgique vers le groupe-cible des jeunes (les étudiants en particulier), les écoliers et les young starters.

Bruiloftstraat 127, 9050 Gentbrugge
Tel.: +32 (0) 9 210 74 84