Image
05/12/2009

FORUM: La politique belge, vous y croyez encore?

Nous avons demandé à notre panel d'étudiants de nous donner leur avis sur la politique belge. Alors, que pensent nos étudiants de Didier, Elio, Joëlle et Jean-Michel? Réponses ci-dessous.


Sara Ragazzo (23 ans)
Etudes en histoire de l’art et archéologie à Namur
«La politique belge est devenue de moins en moins accessible à la compréhension du grand public selon moi. Tout ce que les gens en retiennent pour le moment c’est qu’elle est remplie de gens corrompus et que de toute façon il est inutile de voter pour qui que ce soit dans ce "panier de crabes". C’est pourquoi je pense que c’est à nous, plus jeunes, de continuer à voter avec l’espoir qu’un jour les choses changeront. Laissons-nous le temps avant d’être blasés du monde politique et des gens qui le composent…»
 
Flavien Roelandt (21 ans)
Bachelier en Sciences Humaines et Sociales à Mons (UMons)
«La politique en Belgique, c'est pas de la tarte! Avec pas moins de cinq niveaux de pouvoir, même un chat aurait de la peine à y retrouver ses petits. Ce n'est un secret pour personne, nous rencontrons d'imposantes difficultés institutionnelles et dépensons énormément d'argent, d'énergie et de temps en nous acharnant à vouloir faire coexister ces structures, davantage vestiges de l'évolution historique de notre pays qu'autre chose. Je pense que si l'état central est plus nécessaire que jamais face aux coups de butoirs des intégrismes tous azimuts, pourquoi ne pas parachever les synergies déjà existantes et opérationnelles entre Communautés, Régions et Provinces en rassemblant les compétences aujourd'hui éclatées en deux entités – une wallonne et une flamande - dotées en tout et pour tout d'un gouvernement et d'un parlement. On me reprochera de vouloir 'liquider' toute une partie de la classe politique en m'attaquant à leur raison même d'être, mais j'ai la faiblesse de croire que leur principal devoir vis-à-vis des électeurs est de veiller à la bonne gestion du pays, de notre pays à tous, et non pas à l'état de leur rémunération, de leurs privilèges ou encore de leur accoutumance au pouvoir.»
 
Yohan Vincent (20 ans)
Bachelor en chimie à Mons
«La situation complexe et abusive qui a suivi les élections législatives du 10 juin 2007 a été vécue par chacun comme étant une belle mascarade politique. Une de plus selon les uns, une de trop selon les autres. J’ai été caissier toute l’année passée et je peux vous assurer que la mise en place du gouvernement était sur toutes les bouches. Comme si l’humour devenait la seule solution face à cela.Tout le monde a dû se sentir désabusé depuis ces événements historiques et je pense que les élections du 7 juin 2009 ont renforcé ce sentiment. Cela est dû aux inévitables coalitions des différents partis et les compromis qui en découlent.Cela se constate à l’heure actuelle par une certaine envie du citoyen de nier complètement le sujet. Parlez-lui de politique, il esquissera un sourire avant de changer de sujet.Comme si on constatait seulement maintenant que, comme le disait Louis Dumur, "la politique est l'art de se servir des hommes en leur faisant croire qu'on les sert".»
 
 
 
 

SOCIAL

Topmovies

Jobs in the picture






 

 

GUIDO SA est l'entreprise média de niche numéro 1 en Belgique vers le groupe-cible des jeunes (les étudiants en particulier), les écoliers et les young starters.

Bruiloftstraat 127, 9050 Gentbrugge
Tel.: +32 (0) 9 210 74 84