Image
10/04/2010

Sortir ou réussir: faut-il choisir?

Nous avons demandé à notre panel d'étudiants s'il était possible selon eux de réussir en juin tout en guindaillant pendant l'année. Leurs réponses ci-dessous.


 

Flavien (21 ans)
Bachelier en Sciences Humaines et Sociales à Mons
«La vie étudiante ne se limite pas à l’errance de ces lieux austères que nous sommes tenus de fréquenter assidûment. Avez-vous déjà calculé le temps que vous passez réellement en classe? On dispose de bien plus de temps libre qu’on ne veut bien le (faire) croire. Que faire de tout ce temps excédent? Certains le dépenseront en bitures mémorables, d’autres préfèreront entretenir leur forme, d’autres encore tiendront compagnie à la bibliothécaire. Bref, chacun fait ce qui lui plait!A contre-pied des prédicateurs de morale – non ma fille, tu n’iras pas danser!- et des récits dithyrambiques des rois (et reines) de la nuit estudiantine, je vous conseillerais de chercher vos propres limites sans pour autant changer quoi que ce soit à vos petites trajectoires fugueuses. Ce travail introspectif, existentiel pour bon nombre d’étudiants, exige de garder à l’esprit que la liberté va toujours de pair avec la responsabilité. C’est donc à vous, et à vous seuls, qu'il faudra rendre des comptes en cas de dérapage scolaire. Pas la peine de faire la stratégie de l’autruche quand les balles siffleront, une fois les réjouissances de fin d'année venues. Il n’y a pas une et une seule façon d’être étudiant. À vous donc de fixer vos limites. Roulez jeunesse!»

 

 
Yohan (20 ans)
Bachelier en chimie à Mons
«Je pense qu'il s'agit d'une question de priorités et d'organisation.Il est vrai que plus on avance dans nos années d'études moins nous avons la possibilité de consacrer du temps pour des occupations tierces.Cependant, on avouera que l'on n'est pas 24h/24 en contact intime avec nos syllabi. Il est toujours possible de consacrer un peu de temps pour les loisirs. Il suffit de comptabiliser le nombre d'heures passées sur Facebook et nous nous apercevons directement que le temps est bien là! A nous d'en faire bon usage.En ce qui concerne les soirées, cela est légèrement différents, je pense. En effet, cela empiète à la fois sur notre temps d'étude et de repos. Lorsque nous sortons, il ne faut pas perdre de vue le temps qu'il nous faudra pour récupérer le manque de sommeil. Et donc, soit on arrive littéralement lessivé le samedi et on dort toute la journée ou alors on se voit dans l'obligation de brosser les cours du lendemain évoquant une panne de réveil. Après, tout dépend de notre organisation. Si l'on arrive à faire la part des choses entre études et activités récréatives, je pense qu'il est possible de concilier étude et sortie. Pour autant que les études restent notre priorité et les sorties une récréation, et non l'inverse.»
 
 
Sara (23 ans)
Etudes en histoire de l’art et archéologie à Namur
«Je pense qu’il y a un temps pour chaque chose et que la vie estudiantine est rythmée de ces trois choses: les cours, l’étude et les sorties. Sans vie sociale, il me serait difficile de garder le moral pour suivre les cours même si, bien sûr, les études sont ma priorité. Le tout est de s’aménager des plannings pour concilier tout ça sans se laisser déborder par l’envie de guindailler non stop, ce qui n’est pas toujours évident, c’est sûr!»

SOCIAL

Topmovies

Jobs in the picture






 

 

GUIDO SA est l'entreprise média de niche numéro 1 en Belgique vers le groupe-cible des jeunes (les étudiants en particulier), les écoliers et les young starters.

Bruiloftstraat 127, 9050 Gentbrugge
Tel.: +32 (0) 9 210 74 84