Image
23/12/2003

La Star Ac, une belle arnaque?

Qui n'a jamais regardé la Star Ac me jette la première pierre! Qu'on soit dégoûté par le concept ou enchanté par les organes (vocaux, bien sûr!) de ces "artistes" en herbe, l'émission ne laisse personne indifférent. Cette année, c'est la blonde Elodie qui l'a emporté sur le polonais Michal. C'est d'ores et déjà sûr que TF1 remettra ça l'année prochaine. Qu'en pensent les étudiants?


Benoît Bidaine (20) d'Hannut
étudie (ingénieur civil) à Liège


Tout le monde parle de la Star Academy, j’ai donc évidemment déjà jeté un œil, mais ça ne me dit rien du tout, je trouve ça super artificiel. Avant, les soirées de variété étaient articulées autour de ‘vrais’ artistes connus et reconnus. Maintenant, on les forme de toutes pièces, de façon arbitraire. Il est clair que les heureux élus en veulent vraiment, mais il existe des milliers d’autres jeunes qui souhaiteraient être à leur place. Personnellement, sous sa forme actuelle, ça ne m’intéresserait pas du tout de participer à ce genre d’aventure. Tout est planifié, ça enlève le côté piquant, hasardeux de la vie d’un artiste. Pourtant, c’est alléchant: ils bénéficient d’infrastructures, d’un suivi et de conseils non négligeables. Et puis, qu’est ce qu’on en a à f…… de suivre la vie des gens à la télé. On a assez à faire avec sa vie à soi. Par contre, c’est vrai qu’un petit potin en plus à raconter, c’est toujours gai. En fait, ça ne change pas grand-chose à un reportage ou à une série, avec malgré tout un petit plus: c’est réel. Enfin, le fait d’arriver très vite en haut de l’affiche peut leur être très néfaste, la chute n’est que plus douloureuse.

Maud Lebain (22) de Charleroi
étudie les Relations Publiques à Namur


Je ne pense pas avoir déjà vu un épisode en entier. Je ne suis pas contre le principe de donner sa chance à un jeune de faire quelque chose d’artistique, c’est même chouette. Mais tout le monde sait que c’est manipulé. La production montre ce qui l’arrange. Il existe plusieurs types de réactions par rapport à ces émissions: premièrement, il y a les gens comme moi qui regardent dix minutes pour se marrer un coup. Il y a les gros fans qui, sans la Star Academy, seraient restés aux Feux de l’Amour. C’est le même principe: émotion, adrénaline, suspense, … Enfin, dans ceux qui ne regardent pas, il y a ceux qui sont déjà tombés dessus et qui n’en ont rien à faire, et ceux qui se la jouent ‘petits rebelles’ du genre ‘Moi, regarder la starac? Tu rigoles ou quoi?’ Je parie que ces derniers regardent dès qu’ils le peuvent. En tout cas, personne n’y est indifférent. Les plus heureux sont sûrement les producteurs de ces émissions. La télé réalité est un concept qui vend du vent. Ils fabriquent des stars qui ne coûtent rien et qui rapportent. Je ne serais pas contre un ‘Star Academy rock progressif’.

Dolores Dumortier (23) de Mons
étudie les Sciences Economiques à Mons


Je regarde de temps en temps, et plus particulièrement les émissions qui passent en prime time. Mais, contrairement à beaucoup, je ne vais pas l’enregistrer si je ne sais pas la voir. Les chaînes de télé les diffusent uniquement pour le fric généré par les énormes audiences aux heures les plus intéressantes. Une fois qu’une de ces émissions prendra un bide, on risque de les voir disparaître toutes. J’ai l’impression qu’elles sont truquées: les candidats ont à chaque fois des personnalités et des types propres de telle sorte que tout un chacun puisse s’identifier au minimum à une personne. De plus, les artistes qui viennent s'y produire le font dans le seul but d’être vu et entendu à l’approche d’une échéance importante (nouvel album, tournée, …). Concernant la télé réalité en général, ça commence à faire beaucoup: Star Academy, Loft, Popstars, Greg le Millionnaire, Koh Lanta, … Tout est parti de ‘Big Brother vous regarde’. Les gens ont besoin de ça, de se rassurer, de voir qu’il existe plus con. Enfin, un artiste doit faire sa place tout seul, ça prend du temps de gravir les échelons. Ici, après une semaine dans un château, le public est déjà hystérique. Je ne participerais pas à ce genre d’émissions, excepté peut-être à Koh Lanta, pour connaître mes limites, un peu comme une bleusaille.

Jérôme Cantineau (21) de Mons
étudie le Marketing à Mons


Voilà déjà quelques années que la télé s’endormait, plagiant et replagiant des concepts ‘ancestraux’. Il fallait donc bien trouver une idée… Mais quoi? Il fallait quelque chose de nouveau, de simple, de racoleur. Des sujets accessibles à tous, mettant le spectateur en léthargie. Et voilà! L’idée germa: suivre la vie de parfaits inconnus, épier leurs moindres faits et gestes pour les starifier au final. Du pain et des jeux new age, en quelques sortes. Les personnages sont sélectionnés suivant des modèles d’humeur et de caractère pour certains, pour leurs capacités scéniques ou le sex appeal pour d’autres. On les fait in ou décalés afin que tout le monde puisse s’y identifier évidemment. Rajoutez à cela une petite dose d’indiscrétions afin que tout le monde y trouve son compte de voyeurisme et mélangez le tout. Bref, vous aurez compris que je ne suis pas un ardent défenseur de ces concepts. C’est de la daube, de la merde et j’en ai marre que mon petit écran soit rempli de ces saloperies. A bas les Nikos, Jenifer et autres addicts bêbêtes.

Laurence Dubois (24) de Bruxelles
étudie le marketing à Bruxelles


La Star Ac? Hum, hum. C'est vrai, je l'avoue, j'ai déjà regardé... mais quand j'avais bu un verre de trop avec mes potes, juste pour me marrer. Ce n'est pas vraiment ma tasse de thé. La variétoche française, merci! Par contre, le même principe avec du trash métal, pourquoi pas? Ce voyeurisme télévisé me dégoûte un peu. Quand je pense que des gens n'ont rien d'autre à faire que de vouloir savoir à quelle heure ces ados se lavent, se couchent, vont aux toilettes, ... Et dire que ces gosses sont des stars préprogrammées et que nous contribuons à leur en mettre plein les poches et à ce qu'ils puissent pavoiser aux côtés d'artistes qui, eux, ont gravi les échelons à la sueur de leur front... ou d'autre chose!

(LD)

SOCIAL

Topmovies

Jobs in the picture






 

 

GUIDO SA est l'entreprise média de niche numéro 1 en Belgique vers le groupe-cible des jeunes (les étudiants en particulier), les écoliers et les young starters.

Bruiloftstraat 127, 9050 Gentbrugge
Tel.: +32 (0) 9 210 74 84