Image
01/06/2011

Svetlana Bolshakova: Recordwoman de Belgique du triple saut

L'année passée, elle a remporté l'or aux Championnats de Belgique, l'argent aux Championnats indoor de Slovaquie et le bronze aux Championnats d'Europe à Barcelone, où elle a battu le record national avec un triple saut de 14,55 mètres. A la fin de la saison, la Belge blonde aux racines russes a reçu le Spike d'Or pour son titre de meilleure athlète belge de l'année. Peut-elle encore faire mieux en 2011? C'est ce que l'on a essayé de savoir lors de notre visite à cette grande championne.


 
GUIDO: As-tu toujours été passionnée par l'athlétisme ou t'es-tu essayée en premier lieu à d'autres sports?
Svetlana: J'ai fait du patinage artistique et de la danse, et même de la gymnastique quand j'étais petite, mais tout le monde ne cessait de me répéter que j'étais faite pour l'athlétisme. A l'âge de dix ans, un entraineur d'une école sportive de haut niveau m'a repérée pendant un cours et m'a invitée pour un try-out. Cela s'est tellement bien passé que je me suis directement retrouvée dans cette école. On y suivait des cours le matin et des entrainements l'après-midi.
GUIDO: Pourquoi as-tu choisi cette discipline?
Svetlana: Je n'en ai jamais douté, je suis faite pour le saut en longueur. Attention, le triple saut n'a fait son apparition que vers mes treize, même peut-être mes quatorze ans, car tant que le processus de croissance est en action, ce sport est trop préjudiciable pour les muscles et les articulations. Lorsque j'ai enfin pu essayer le triple saut, je suis immédiatement tombée sous le charme et c'est devenu naturellement ma discipline principale. J'ai commencé à participer à des compétitions et en 2001, à l'âge de 17 ans, j'étais enfin prête pour ma première compétition internationale, le Championnat du Monde pour élèves à Debrecen, en Hongrie. J'ai dépassé toutes les attentes et j'ai même décroché la médaille d'argent. Ensuite, les Championnats d'Europe Juniors en Finlande où j'ai remporté le bronze et ceux des moins de 23 ans à Erfurt, en Allemagne où j'ai remporté l'argent...
GUIDO: …et rencontré le sauteur en hauteur, Stijn Stroobants.
Svetlana: (rires) En effet et ça a été le coup de foudre. En 2005, j'étais déjà dans l'avion pour la Belgique et un an plus tard, pour mes 22 ans, nous nous sommes mariés. Même si j'ai compris que Stijn ne voulait pas déménager en Russie car nous avons ici beaucoup plus de possibilités, ce n'était pas une situation évidente pour moi. Je me voyais obligée de quitter mes amis et ma famille alors que je ne connaissais ici que très peu de personnes. En plus, quand on ne maitrise pas la langue, c'est encore plus difficile de rencontrer des gens. Si je dois croire mes amis et ma famille, j'ai changé depuis mon déménagement. Ils me disent que je suis plus cadrée et que j'ai une approche plus structurée et précise. Mais c'est nécessaire. Par exemple, si tu as besoin d'urgence d'un document en Russie, il suffit de donner un peu d'argent en plus, en Belgique ça ne fonctionne pas comme ça. Ici, tout le monde est égal devant la loi. Et tant mieux. Ce que je trouve dommage, c'est que le public belge peut parfois être dur envers ses sportifs de haut niveau. On est souvent punis si on fait une moins bonne prestation, mais peut-être se passe-t-il quelque chose que vous ignorez? Cet athlète sort peut-être d'une blessure et a fait de son mieux? La Belgique est un si petit pays, vous devriez donc être en admiration devant de tels talents.
GUIDO: Tu as toi-même battu pas mal de records. Est-ce un avantage de pouvoir t'entrainer avec ton mari?
Svetlana: D'un côté oui, car on peut s'encourager l'un l'autre et se pousser pour atteindre un meilleur niveau, mais d'un autre côté, il faut aussi réussir à tempérer son euphorie si son partenaire fait une moins bonne prestation alors qu'on vient soi-même de remporter une médaille.
GUIDO: La vie d'une sportive de haut niveau est-elle difficile?
Svetlana: Naturellement, il faut faire des sacrifices. Il m'est par exemple impossible de me souvenir de la dernière fois où j'ai mangé des frites! Et aller au cinéma à neuf heures du soir est tout simplement impossible pour nous. Mais, j'ai choisi cette vie et je ne le regrette pas du tout.
GUIDO: A quoi occupes-tu tes moments de détente?
Svetlana: Je me repose beaucoup et j'aime aussi me promener avec mon chien dans le parc près de chez moi. C'est un cocker.
GUIDO: Quel est son nom?
Svetlana: Kriekske.
GUIDO: Comme la bière?
Svetlana: Non, comme le fruit (ndlr: en néerlandais, 'kriek' signifie 'cerise'). Ce n'est qu'après l'avoir baptisé que j'ai découvert qu'une bière portait le même nom. (rires)

Comments

Oxford n'est plus la meilleure université européenne

Chaque année, le classement QS World University Rankings répertorie les meilleures universités du monde [...]

Comment structurer un travail universitaire?

Que ce soit pour un rapport de stage, un travail de fin d'année, un mémoire ou une thèse, l'étudiant [...]

Topmovies

SOCIAL

Jobs in the picture



 

 

GUIDO SA est l'entreprise média de niche numéro 1 en Belgique vers le groupe-cible des jeunes (les étudiants en particulier), les écoliers et les young starters.

Bruiloftstraat 127, 9050 Gentbrugge
Tel.: +32 (0) 9 210 74 84