Image
21/03/2016

Alexandre Teklak: «L'Euro va se jouer sur des détails»

Après avoir cumulé plus de 250 matchs de Jupiler Pro League avec Charleroi, Mouscron et la Louvière, Alexandre Teklak est, à 40 ans, le consultant foot qui monte en Belgique francophone, de par ses collaborations avec la RTBF, Proximus et La Dernière Heure/Les Sports. Une ascension méritée au vu de la pertinence et l'exhaustivité de ses analyses, qualités assez rares dans le métier. Le Guido Magazine est allé à sa rencontre.

 


GUIDO: Est-ce que le métier de consultant était quelque chose que tu envisageais, vers la fin de ta carrière?
Alexandre Teklak: Pas forcément. C'est vrai que j'étais plutôt bon à l'école et que j'ai toujours été attiré par tout ce qui concerne la communication. Mais ce n'était pas quelque chose que je recherchais particulièrement. Et puis, un jour, Erik Libois (journaliste sportif à Vivacité, ndlr) m'a proposé d'intégrer l'émission radio La Troisième Mi-Temps pour y remplacer Nordin Jbari de temps en temps. L'émission était de qualité, l'exercice m'a plu, et cela a commencé comme ça. J'ai intégré l'équipe des consultants football de Proximus un peu plus tard, à l'été 2012 où, depuis, je commente régulièrement des matchs avec Marc Delire, Vincenzo Ciuro ou encore Mathieu Istace.

GUIDO: Entre le commentaire du match et l'analyse en plateau, quel est l'exercice que tu préfères?
Alexandre Teklak
: J'apprécie les deux! Ce sont deux choses différentes mais finalement très complémentaires. En match, l'objectif est d'être concis et précis. Surtout en Champions League, où le rythme est très élevé. En plateau, tu as forcément plus de temps, tu es aussi plus dans une forme de pédagogie. Et si tu ne sais pas faire l'un, selon moi, tu auras de gros problèmes pour être bon dans l'autre exercice.

GUIDO: Passons au terrain et à l'actualité récente. Le Soulier d'Or de Sven Kums est-il mérité, et pourquoi?
Alexandre Teklak
: Absolument! Même si je ne suis pas forcément partisan de ce genre de récompenses d'ailleurs, car pour moi le football doit toujours être considéré comme un sport collectif. Son équipe de La Gantoise en est d'ailleurs la parfaite illustration, et Kums est le prototype même du joueur d'équipe. Ce n'est pas pour rien que ses coéquipiers Depoitre et Milicevic complètent le trio final. Mais sinon oui, c'est mérité. Dommage qu'on n'ait pas pu le voir à l'œuvre avec les Diables Rouges en 2015, ça aurait été intéressant.

GUIDO: Que penses-tu de l'épopée de La Gantoise en Champions League cette saison?
Alexandre Teklak
: Franchement, j'avais des sentiments assez positifs. Je me doutais bien que leur entraîneur Hein Vanhaezebrouck n'allait pas renier ses principes de jeu, car je connais bien sa façon de penser et de procéder. Et au fur et à mesure de la campagne, je n'ai pas été si étonné que ça. Car à part le Zénith Saint-Pétersbourg, personne n'était au niveau dans le groupe. Et La Gantoise, grâce à sa générosité et à la discipline tactique des joueurs, en a très bien profité. Chapeau à eux.

GUIDO: Comment est-ce que tu vois nos Diables en juin prochain, à l'Euro? Peuvent-ils soulever le trophée au Stade de France?
Alexandre Teklak
: Évidemment qu'il y a énormément de qualités et que l'équipe a encore gagné en potentiel avec l'intégration définitive de Radja Nainggolan dans le onze titulaire. Mais le principal enjeu de notre équipe nationale dans les semaines et les mois à venir va surtout concerner notre palette tactique. Surtout face à des équipes 'cyniques', je dirais. Tant qu'on affronte des équipes comme les États-Unis, qu'on a battus à la dernière Coupe du Monde, qui ouvrent le jeu, ça ira. C'est quand on a des espaces que nous sommes les plus forts: des joueurs comme Yannick Carrasco, Dries Mertens ou Eden Hazard en raffolent évidemment. Mais qu'en sera-t-il face à des équipes au jeu plus fermé? Ce sont des adversaires que tu rencontres à partir des quarts de finale, à l'image de l'Argentine en 2014. Et puis, il faudra voir l'état physique de nos joueurs. Qu'en sera t-il de la forme de Vincent Kompany, Eden Hazard qui ne sont pas au top en ce moment? On a une très bonne équipe c'est sûr, mais ça va dépendre de notre pragmatisme et de notre capacité à être décisif dans les moments-clés. Cela va être une compétition très relevée malgré tout, et cela se jouera à des détails. 


Comments

Oxford n'est plus la meilleure université européenne

Chaque année, le classement QS World University Rankings répertorie les meilleures universités du monde [...]

Comment structurer un travail universitaire?

Que ce soit pour un rapport de stage, un travail de fin d'année, un mémoire ou une thèse, l'étudiant [...]

Topmovies

SOCIAL

Jobs in the picture



 

 

GUIDO SA est l'entreprise média de niche numéro 1 en Belgique vers le groupe-cible des jeunes (les étudiants en particulier), les écoliers et les young starters.

Bruiloftstraat 127, 9050 Gentbrugge
Tel.: +32 (0) 9 210 74 84