TAL: «Je ne me prends pas la tête»

04/06/2018 // Categorie: Interview




De passage à La Louvière pour le NRJ Music Tour en mai dernier, la chanteuse Tal nous a accordé quelques minutes d'interview en backstage avant de se produire sur scène. Au programme de notre entretien: sa relation avec le public, son nouvel album, les réseaux sociaux et son éternelle bonne humeur. Rencontre avec une fille solaire qui ne se prend pas la tête.


GUIDO: Nous sommes à quelques heures de votre concert ici au NRJ Music Tour de La Louvière, dans quel état d'esprit on se trouve juste avant de retrouver son public?
TAL
: Je suis très, très contente d'être là. J'ai surtout hâte de monter sur scène. La scène, c'est vital pour moi. Depuis toute petite, je me suis toujours imaginée sur scène. Même dans le salon familial, je montais sur les tables, je voulais faire le show, je prenais la télécommande en guise de micro… Je voulais chanter, tout le temps. Je viens d'une famille de musiciens, mon père jouait à la guitare, ma mère chantait, mon frère composait ou prenait parfois des percussions. On jouait pendant des heures et des heures… J'ai toujours baigné dans la musique, et si je fais ce métier, c'est vraiment pour faire de la scène. C'est là où je me sens le mieux et libre de faire ce que je veux et de proposer des choses très différentes sur le plan artistique. Ce qu'on peut ressentir aussi sur mon nouvel album qui est pétri de différentes influences.

GUIDO: Vous chantez ici pour un public qui n'est pas spécialement conquis d'avance, ça change la donne?
TAL
: C'est un challenge supplémentaire. Mais j'adore ça. J'aime me dire que je dois aller 'choper' ces gens-là, qui ne sont pas venus spécialement pour m'écouter, moi. Après, je reste moi-même, je n'essaie pas d'être quelqu'un d'autre pour faire plaisir à certains.  

GUIDO: Et si je vous dis 'Belgique', vous pensez à quoi?
TAL
: À chaque fois qu'on me parle de Belgique, je pense à chaque fois au public. Dès que je viens ici en tournée ou en promo, je suis toujours hyper bien accueillie. Les gens sont super chauds ici, ça fait tellement du bien en tant qu'artiste de recevoir autant d'énergie sur scène. C'est un vrai partage.

GUIDO: Vous nous revenez avec un quatrième album, Juste un rêve (ndlr: sortie le 8 juin)…
TAL
: À chaque album, c'est une expérience différente, un nouveau chapitre qui s'ouvre pour moi, une nouvelle page qui se tourne. Les albums, ce sont un peu comme des bébés qu'on fait naître. Et je suis déjà impatiente de connaître l'avis des fans sur ce nouvel album. Et j'espère aussi convaincre de nouvelles personnes qui n'écoutaient pas du Tal avant.

GUIDO: Cet album sent bon l'été, la fête, la bonne humeur… C'était un souhait pour vous de composer un album léger, comme une parenthèse enchantée?
TAL
: Complètement, c'est aussi pour cette raison que j'ai voulu mettre le tournesol en avant sur la pochette. Choisir le titre Juste un rêve pour l'album, c'était assez cohérent, ça ressemble assez à ce que l'album est, au final. Il est assez solaire, il n'y a que des titres dansants, il a été fait avec énormément d'amour et de positivité. Avec mon équipe, on est très positifs, on kiffe au jour le jour, on profite de chaque seconde. C'est d'ailleurs ce que dit le premier titre de l'album, Carpe Diem. Ce titre me représente complètement, je ne me prends pas la tête, je n'ai pas envie de penser au passé, ni trop au futur. C'est ce qui me permet de mieux avancer.

«Plus on pense au positif, plus on l'attire»

GUIDO: Le clip de Mondial, le premier single, a maintenant atteint les deux millions de vues sur YouTube!
TAL
Mondial est un titre à part sur l'album, car il a été réfléchi pour la Coupe du Monde. Il a été co-écrit avec Soprano. C'était vraiment une volonté de notre part de faire un clin d'œil à cet événement afin de faire passer notre message à un maximum de personnes. Car même si c'est une chanson dansante, il y a un message derrière. J'ai besoin de chanter des choses qui ont un fond et véhiculent un message de paix, de tolérance et de fraternité à apporter aux gens.

GUIDO: Pour beaucoup, Tal, c'est le sourire, la bonne humeur. D'où vous vient cette pêche?
TAL
: C'est un état d'esprit. Après, je ne suis pas toujours de bonne humeur, évidemment! (rires) Et j'essaie de toujours traverser les périodes difficiles avec positivité. Cela me donne plus de force pour affronter les aléas de la vie. Ma philosophie de vie pourrait être résumée comme suit: plus on pense au positif, plus on l'attire.

GUIDO: Prôner le respect, la tolérance et l'humanité en 2018, une gageure?
TAL
: C'est de plus en plus difficile en effet, surtout quand on regarde les réseaux sociaux par exemple. Il y a d'ailleurs une chanson, Madame Officiel, qui traite de ce sujet sur l'album. C'est surtout la série Black Mirror qui m'a marquée et m'a servi d'influence pour ce titre. C'est une série très réaliste mais très angoissante qui nous permet de réagir pour empêcher ce qui est en train de se produire sous nos yeux. Si on ne réagit pas très vite, ça peut vraiment partir très loin, comme dans la série où tout le monde se note et où cette fille fait semblant de sourire, d'être quelqu'un d'autre pour avoir un maximum de gens qui l'aiment.

GUIDO: Est-ce facile pour une jeune artiste de 28 ans d'être confrontée à la violence des réseaux sociaux?
TAL
: Il faut juste se dire que les haters, ils existent pour tout le monde. Personne n'est épargné, on ne peut pas plaire à tout le monde, de toute façon. Il m'arrive parfois de lire des messages haineux et d'y réagir avec humour. Dans d'autres cas, je m'abstiens pour ne pas retomber à leur niveau de bêtise. Il y a et il y aura toujours des gens bêtes pour dire des choses incohérentes… Il vaut mieux ne pas y faire attention et vivre sa vie comme on le souhaite.

«Je suis une grande rêveuse»

GUIDO: Si on comptabilise YouTube, Instagram, Facebook et Twitter, on arrive à une communauté de 4,5 millions de fans, de tels chiffres ne donnent jamais le vertige?
TAL
: En fait, je ne m'en rends pas vraiment compte. J'ai tellement une base fan qui est très active et avec qui je réagis beaucoup que je ne me rends pas compte du nombre qu'ils sont. Quand j'interagis avec eux, je réponds à dix, vingt ou cent personnes au maximum et je ne m'imagine pas parler à deux millions de personnes. Ça reste abstrait, je ne vois pas deux millions de personnes en face de moi!

GUIDO: Comment fait-on pour garder les pieds sur terre face à un tel succès?
TAL
: Je pense que c'est une question de personnalité. En fait, je n'ai jamais cherché à être connue, j'ai toujours cherché à chanter. Quand je chantais dans les bars, avec ma guitare et mes musiciens, j'étais hyper épanouie, je ne demandais rien de plus. Même si je voulais ce succès inconsciemment, il m'est un peu tombé dessus par chance. Le côté strass et paillettes de ce milieu ne m'intéressait pas, mais davantage l'artistique, la scène, le fait de chanter devant un public. C'est ça qui me fait du bien et me rend heureuse.

GUIDO: Sur Not So Serious, la dernière plage de Juste un rêve, votre voix se marie extrêmement bien à l'anglais. Vous n'avez jamais pensé à enregistrer un album entièrement en anglais?
TAL
: Oh que oui! Depuis toute petite, j'ai toujours chanté en anglais. Je me sens très à l'aise en anglais. Dès que je compose une chanson, il y a toujours l'anglais qui vient directement. À la base, c'est l'anglais qui est le socle de la création de mes titres. Ça vient naturellement et j'espère donc un jour faire un album complet en anglais. Ce qui me permettrait de voyager dans un maximum de pays et de pouvoir toucher d'autres cultures, ce qui est un de mes plus grands rêves.

GUIDO: Si votre vie est actuellement juste un rêve, y en a-t-il encore d'autres que vous souhaiteriez concrétiser à l'avenir?
TAL
: J'ai encore plein de rêves à réaliser. Je suis une grande rêveuse, depuis toute petite. J'ai encore plein de choses à faire, j'ai encore envie d'apprendre, d'évoluer, de ne pas rester sur mes acquis. Dans la musique, mais aussi la danse ou même la comédie. J'aimerais tellement jouer dans un film, par exemple. Ou tourner dans un maximum de pays, chanter avec des artistes de chaque pays pour partager nos différentes cultures. Je trouve ça hyper intéressant de mélanger les styles musicaux, de casser les cases. C'est d'ailleurs ce que j'ai essayé de faire avec cet album qui peut être divisé en deux, entre des titres très pop, très efficaces et d'autres qui veulent dire quelque chose en plus et qui s'éloignent de ce genre musical.

Photos: (c) FIFOU



Retour à l'aperçu

Comments

Autres articles Guido intéressants

Suis-nous aussi sur les médias sociaux ci-dessous

Ce site participe à l’Etude CIM Internet. Les sites qui reprennent le logo rassemblent des données sur le nombre de visiteurs et de pages visitées à l’aide de cookies. Un cookie est un petit fichier texte qui est placé par un serveur sur le disque dur de votre ordinateur. Aucun logiciel supplémentaire n’est installé. Un cookie n’endommage en rien votre matériel ou les programmes que vous utilisez.

Les données qui sont récoltées dans le cadre de cette étude sont tout à fait anonymes. Elles servent uniquement à la comparaison du nombre de visiteurs sur les sites participants. Vous trouverez de plus amples informations sur l’étude et sur les résultats de la mesure sur  le site du CIM. .