Image
14/06/2021

Loïc, fou de cuisine: «Les fish-sticks, c'est un peu mon fast-food à moi»

Depuis quelques années, Loïc Van Impe régale les téléspectateurs de RTL-TVI en fin de journée avec des recettes faciles et pleines de peps. Pour le Guido Magazine, il a accepté de parcourir ses années d'études en notre compagnie.

 

GUIDO: Malgré ta passion pour la cuisine, tes parents ont refusé que tu fasses l'école hôtelière…

Loïc: J'ai toujours eu une idée en tête, depuis mon plus jeune âge, celle de devenir cuisinier plus tard. Ma mère m'avait tellement répété que je devrais commencer par faire des études que j'ai réalisé son souhait.

GUIDO: Vers quelles études t'es-tu alors redirigé?

Loïc: Mon meilleur pote faisait des études d'ingénieur du son. Étant moi-même musicien dans un groupe, je me suis dit que j'allais essayer de me lancer là-dedans. Alors que tous mes potes du collège me disaient qu'ils allaient faire ingénieur civil, médecine ou kiné, moi je n'étais clairement pas dans le même trip. Après une simple recherche 'école-son-Belgique' sur Google, une école est sortie du lot: le RITS (ndlr: une école supérieure flamande, Loïc ayant effectué tout son cursus scolaire en néerlandais).

GUIDO: Mais le RITS est une école de cinéma!

Loïc: Je me suis inscrit au RITS avec l'idée que j'allais faire des études de son, plutôt axées sur la musique live. Après une première semaine de cours, je remarque qu'il n'y a pas vraiment beaucoup de cours de musique, mais plutôt du cinéma, de la télé, des exercices caméra… Je me décide donc à envoyer un mail à un prof pour lui demander à partir de quand on ouvre les tables de mixage, moi qui suis venu pour ça! (rires) Il me répond alors simplement que le RITS est une école de télé-cinéma et que je ne suis pas au bon endroit! Je me suis dit que j'allais quand même tester le truc pendant six mois jusqu'à ce qu'un prof de montage me charme complètement. Il parlait du métier avec tellement de passion que j'ai commencé à apprécier ça. Et j'ai choisi l'option 'montage'.

GUIDO: Tu étais quel genre d'étudiant?

Loïc: J'étais vraiment le pire étudiant! Même si je n'étais pas réellement dans les cercles d'étudiants, mais plutôt avec mon groupe de musique ou mes potes. On était tout le temps fourrés dans notre kot de répèt' à jouer de la musique. Je n'étais donc pas un grand sorteur, je déteste d'ailleurs danser. Je préférais aller boire un verre dans un café avec mes potes.

GUIDO: Tu n'étais pas en kot?

Loïc: Je n'ai jamais été en kot. J'habitais à 15 minutes de Bruxelles, je prenais donc ma mobylette ou ma bagnole jusqu'à Kraainem et ensuite le métro jusqu’au RITS. Je squattais quand même parfois dans le kot de mon meilleur pote quand je ratais le dernier métro!

GUIDO: Et tu te nourrissais comment pendant tes études? Apparemment, les fish-sticks/épinards sont l'un de tes plats préférés!

Loïc: J'ai eu plein de périodes différentes en cuisine, mais c'est vrai que les fish-sticks/épinards, c'est toujours resté. Et je les mange d'une façon spécifique: il faut disposer les 14 fish-sticks en deux lignes et ensuite les napper d'épinards à la crème, sans pommes de terre ou sauce tartare. Quand j'étais tout petit, il m'arrivait très souvent de m'en faire en revenant de l'école à midi. Encore aujourd'hui, quand j'ai la flemme de cuisiner ou après une longue journée, je sors une boîte de fish-sticks! C'est un peu mon fast-food à moi!

GUIDO: Quel souvenir global gardes-tu de tes études?

Loïc: J'ai parfois un peu la nostalgie de cette époque. J'étais au centre de Bruxelles, j'avais plein de potes, on buvait des Duvel avec les profs dans le café de l'école. J'ai quand même eu de la chance de fréquenter cette école de dingues; il y avait même un cinéma dans l'école! Par contre, niveau communication, ils ne sont pas au niveau. Pour tout te dire, je n'ai toujours pas reçu mon diplôme à l'heure actuelle!

GUIDO: Étant donné tes études, tu gères tout ce qui se passe derrière la caméra dans ton émission Loïc, fou de cuisine?

Loïc: Non, je ne peux pas, j'ai été interdit! J'ai travaillé pendant quatre ans pour une autre émission de cuisine quotidienne. En deux mois de temps, c'est moi qui ai géré l'émission de A à Z. Je réalisais pratiquement un épisode et demi par jour. Quand on a commencé à filmer Loïc, fou de cuisine, il m'a été difficile de lâcher prise et de ne pas donner mon grain de sel sur le montage final. Je ne regarde donc plus jamais l'émission parce que je sais que ça va me bouffer.

GUIDO: Tu t'es fait remarquer dans l'émission culinaire The Taste en Flandre alors que tu étais encore étudiant…

Loïc: Je me suis inscrit à l'émission sur un coup de tête. Mais ça m'intéressait aussi de voir comment une émission se créait, par rapport à mes études. À 19 ans, j'étais le plus jeune candidat de l'émission mais je suis allé très loin dans cette aventure.

GUIDO: Ça a été facile de gérer en même temps tes études et l'émission de télé?

Loïc: Non pas du tout, j'ai foiré mon année à cause de ça! Les enregistrements sont tombés en même temps que mes examens de fin d'année. Mais je ne regrette pas d'avoir laissé mes études de côté parce que The Taste m'a permis de nouer pas mal de contacts dans le milieu.

GUIDO: Pour terminer, quels conseils donnerais-tu aux étudiants afin qu'ils changent leurs mauvaises habitudes alimentaires?

Loïc: Je leur conseillerais de commencer avec des ingrédients frais et d'opter pour des préparations hyper simples. Ça change déjà toute la donne. Il faut apprendre à connaître des ingrédients que tu ne cuisinerais pas forcément. Il suffit de taper 'courgettes' sur Google pour trouver 500 millions de milliards de recettes. Il y aura bien quelque chose que tu aimes dans le tas. Si tu as le temps de jouer deux heures sur ta PlayStation, tu peux prendre quinze minutes pour couper une courgette, la poêler et mettre un peu de vinaigre de vin rouge par-dessus. Une boule de mozza, de la roquette, et tu as un plat! Le temps ne doit pas être une excuse. Faire de la bouffe de tous les jours, c'est tellement facile! Je conseillerais aussi aux étudiants d'explorer davantage les légumes que les produits animaux. On sait faire dix fois plus de choses avec une aubergine qu'avec un filet de dinde.

Une émission tous les jours…
«Loïc, fou de cuisine est une émission quotidienne, ce qui nous permet d'explorer un grand panel de recettes différentes. Il y a du belge comme du japonais (ndlr: Loïc a vécu au Japon pendant quelque temps), même de la pâtisserie. Et j'essaie surtout de rendre ces recettes accessibles pour tout le monde. En évitant le matériel de professionnels ou les ingrédients plus rares.»

… et un livre qui cartonne!
«Ce livre m'a coûté trois ans de ma vie, je pense. Je vais les payer à mes 80 ans si j'arrive jusque là! Même si je me suis entouré pour le faire, j'ai insisté pour écrire moi-même tous les textes. C'est important pour garder ma personnalité, ma patte dans le livre.»

Photo: © Filip Van Roe


Comments

Des fruits à tartiner

Oublie les confitures de ton supermarché et opte pour les fruits à tartiner Fiordifrutta. Bio, ces [...]

Une première en France: une université sans tabac

En matière de lutte contre le tabac, Strasbourg n'y va pas par quatre chemins. Alors qu'il est [...]

Topmovies

SOCIAL

Jobs in the picture






 

 

GUIDO SA est l'entreprise média de niche numéro 1 en Belgique vers le groupe-cible des jeunes (les étudiants en particulier), les écoliers et les young starters.

Bruiloftstraat 127, 9050 Gentbrugge
Tel.: +32 (0) 9 210 74 84