Image
03/10/2005

JONATHAN BRADFER: "Je me suis seulement décoincé en 1ère licence!"

Quelques années après avoir aperçu Maureen Louys dans les couloirs de l'Ihecs, voilà que Jonathan Bradfer croise de nouveau le chemin de la pétillante animatrice puisqu'il a été choisi pour co-présenter Génies en Herbe avec celle-ci. Mais ce n'est pas pour autant que l'heureux élu a décidé de délaisser son fauteuil au Week-end Sportif… Gros plan sur ses années d'études bruxelloises.

GUIDO: C'est en pensant devenir journaliste que vous avez décidé d'entreprendre des études à l'Ihecs?
Jonathan Bradfer : Ça faisait déjà un petit temps que je pensais me tourner vers le journalisme et si j'ai choisi l' hecs, c'était déjà en ayant en tête de me diriger vers l'option "journalisme". Même si d'autres options existaient, telles que "pub" ou "Relations Publiques", j'étais déjà sûr de mon choix. J'étais très attiré par la communication de prime abord et les reportages en particulier. Par contre, le sport est, lui, un peu arrivé par hasard.

GUIDO: Le journalisme sportif n'a donc jamais été une vocation?
Jonathan Bradfer : À la base, je me voyais plutôt journaliste au Journal Télévisé, j'ai en effet toujours été intéressé par la politique belge et internationale. Je suis également séduit par les talk-shows à la française où le présentateur est d'une importance capitale. Je me suis donc retrouvé dans ce domaine par hasard, bien que le sport était également une des mes passions.

GUIDO: Quel genre d'étudiant étiez-vous?
Jonathan Bradfer : Je suis resté très sérieux durant les deux premières années car il régnait une certaine pression autour des études universitaires. J'étais un peu l'élève modèle. Ensuite, vu que je suis tombé dans une classe avec des sorteurs, je me suis un peu décoincé. J'ai donc moins consacré de temps aux études et plus aux sorties. Mais finalement, je suis resté très organisé, ce qui m'a permis de m'en sortir tout aussi bien.

GUIDO: Il règne donc une bonne ambiance à l'Ihecs…
Jonathan Bradfer : En effet, c'est une école qui bouge beaucoup, avec un comité des fêtes assez motivé. Cependant, ce n'est pas comparable à l' unif avec des grosses guindailles où tout le monde est bourré. C'est un peu plus intelligent; Ils organisent en effet des soirées à thème, des matchs d' impro, la Nuit des Médias… Il y règne un bon esprit, tout le monde se retrouve à la cafétéria après les cours.

GUIDO: Et le baptême?
Jonathan Bradfer : Il n'y a pas de baptême à l'Ihecs, mais je pense de toute façon que je ne l'aurais pas fait. Je ne trouve pas cela très utile et les baptêmes dérapent souvent vers des trucs inutiles.

GUIDO: Quelle expérience retenez-vous de vos années à l'Ihecs?
Jonathan Bradfer : L'Ihecs est une école où on allie les connaissances théoriques avec beaucoup d'exercices pratiques. On est beaucoup sur le terrain, ce qui se révèle très efficace par la suite. L'ambiance de travail qui y règne, le travail d'équipe forment très bien au métier de journaliste.

GUIDO: Vous étiez à l'Ihecs en même temps que Maureen Louys, votre actuelle collaboratrice…
Jonathan Bradfer : Je l'avais vue quelque fois de loin à la cafétéria. On ne s'était pas parlé avant de se retrouver à la RTBF. Le casting s'est super bien passé au niveau de la complémentarité entre nous deux et c'est ce que les juges ont regardé en premier lors de ces essais.

GUIDO: Vous avez donc fait toute votre carrière à la RTBF?
Jonathan Bradfer : C'est grâce à mon stage que j'ai mis un pied à la RTBF. J'ai commencé par le JT où j'ai eu pas mal de boulot, j'ai ensuite fait des piges en télé, de la radio et je suis enfin revenu à la télé quand Eric Kroll est parti du service des Sports de la RTBF. Au terme d'un concours interne, c'est moi qui ai été choisi pour le remplacer.

(SD)

  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider

Jobs in the picture

  • Slider
  • Slider
  • Slider





 

GUIDO SA est l'entreprise média de niche numéro 1 en Belgique vers le groupe-cible des jeunes (les étudiants en particulier), les écoliers et les young starters.

Bruiloftstraat 127, 9050 Gentbrugge
Tel.: +32 (0) 9 210 74 84