Image
13/10/2022

GONG CHA débarque en Belgique: «Le bubble tea est ultra tendance!»

Impossible de passer à côté de la tendance du bubble tea, cette boisson colorée aux billes si particulières originaire de Taïwan. Ça, le 'serial-entrepreneur' Adlane Draou (32 ans) l'a bien compris. Après avoir développé les franchises O'Tacos, Chick&Cheez et GoFish en Belgique, il s'attaque maintenant au bubble tea en lançant le premier magasin Gong cha à Bruxelles. Le premier d'une longue série.


«On peut se positionner sur le thé comme Starbucks le fait avec le café»

GUIDO: Pourquoi as-tu eu envie d'investir dans le bubble tea?
Adlane
: Parce que c’est un produit ultra tendance! En général, tout le monde aime le thé. J’ai également pris en compte le fait que c’était un business model relativement peu énergivore et plus respectueux de l’environnement. Nous avons choisi Gong cha parce que c’est le leader mondial, en plus d’être une marque très premium en comparaison à d’autres. On peut donc se positionner sur le thé comme Starbucks le fait avec le café.

GUIDO: Le bubble tea, c'est quoi?
Adlane: Gong cha propose des bubble teas: plusieurs sortes de thés, infusés sur place (toutes les 4 heures) et agrémentés de toppings: graines de tapioca, jelly, etc. Tous leurs produits sont végétariens et, pour la plupart, même végans. Plus de 400 combinaisons sont possibles. Et le taux de sucre ou de glaçons est personnalisable en fonction des préférences.

GUIDO: Comment expliques-tu le succès rencontré par les bubble teas actuellement?
Adlane
: Le succès du bubble tea vient de deux choses, selon moi: de la culture asiatique qui est de plus en plus populaire en Europe, notamment à travers Netflix ou la musique K-Pop. Et puis le thé en tant que tel, qui connaît lui aussi un succès grandissant face au café. C’est le mélange de ces facteurs qui rend le bubble tea ultra-tendance.

«Investir dans un nouveau projet comporte toujours des risques, il faut juste pouvoir se relever»

GUIDO: Investir dans un nouveau projet ne se fait pas sans risque, cela ne te fait jamais peur de te lancer dans un nouveau projet?
Adlane
: Ça comporte toujours des risques. Ça peut parfois me faire un peu peur de me lancer dans un nouveau projet, mais ce qui fait la force de l’entrepreneur, ce n’est pas forcément d’avoir peur, c’est la réaction qu’on aura face à elle. Ça nous a plutôt bien réussi jusqu’à présent, même si ça ne nous met pas à l’abri de nous planter un jour. Il faut juste pouvoir se relever! 

GUIDO: L'enseigne a ouvert très récemment, comment s'est passée l'ouverture?
Adlane
: L’enseigne a ouvert au Docks le 16 juillet dernier. Ça s’est très bien passé, et c’est d’ailleurs toujours le cas! Les chiffres sont là, la clientèle aussi. Le produit plaît. Le prochain challenge sera donc l’ouverture des prochaines villes, et de voir si la réaction sera aussi positive qu’à Bruxelles. En tout cas, ça envoie un très bon signal.

GUIDO: Aux étudiants-entrepreneurs ou qui ambitionnent de le devenir, quels principaux conseils leur donnerais-tu?
Adlane
: Le plus grand des conseils, c’est de le faire. Faites-le dès que vous sortez de vos études, secondaires ou universitaires. Il n’y a pas de meilleur moment. Le risque est quasi nul: tu n’as pas de femme/mari, pas d’enfant, pas de crédit, peu de responsabilités. On s’en fout un peu de ne pas avoir d’expérience, ça s’apprend sur le tard. C’est ce que j’ai fait à la sortie de l’université: je n’ai travaillé pour personne et je me suis directement lancé en créant mes boîtes. C’est une autre manière d’apprendre, avec moins d’encadrement et certainement plus d’erreurs, mais tout aussi - voire plus - efficace.


Qui est Adlane Draou?
«Pour me sauver d’un parcours chaotique dans mes études secondaires, je suis parti aux États-Unis durant un mois à l’adolescence. En revenant, j’ai alors eu le déclic: je voulais entreprendre! Dès mon retour, je termine alors une bonne fois pour toutes mon CESS de manière accélérée au jury central et je m’envole vers le Royaume-Uni pour un MBA. Mon diplôme en poche, je démarre ma première aventure entrepreneuriale en République Démocratique du Congo. Là-bas, et durant 4 années, je travaille principalement dans l’industrie du bois. De retour en Belgique, je me lance dans l’aventure QSR (Quick Service Restaurant) en créant ma société Mad Vision et en rachetant par la même occasion le premier O’Tacos belge, situé à Schaerbeek.»


Frigo Loco: Une jeune start-up réinvente le catering d'entreprise

La jeune start-up Frigo Loco entend révolutionner la pause de midi des entreprises. Elle propose en effet [...]

Comment faire bonne impression dans son nouvel emploi?

Tu commences un nouvel emploi dans quelques semaines et tu hésites sur le comportement à adopter lors [...]

  • Slider

Topmovies

SOCIAL

Jobs in the picture

  • Slider
  • Slider




 

 

GUIDO SA est l'entreprise média de niche numéro 1 en Belgique vers le groupe-cible des jeunes (les étudiants en particulier), les écoliers et les young starters.

Bruiloftstraat 127, 9050 Gentbrugge
Tel.: +32 (0) 9 210 74 84