Image
22/02/2011

Interview de Pierre Hamblenne - Créateur de vêtements

En 2007, alors qu'il n'a que 19 ans à l'époque, Pierre Hamblenne décide de lancer sa propre société de vêtements. C'est ainsi que la marque J&JOY a vu le jour et commence petit à petit à se faire un nom dans le microcosme de la mode belge. Rencontre avec un créateur passionné.


GUIDO: Tu as suivi des études à HEC-Liège.
Pierre Hamblenne:C'est exact, mais je me suis arrêté au graduat. En effet, j'ai lancé la marque J&JOY alors que j'étais toujours aux études et cela a tellement pris d'ampleur que j'ai été obligé de saisir la vague au bon moment. Soit je continuais à faire les deux choses à moitié, soit je m'investissais totalement dans mon projet.
GUIDO: Cela a-t-il toujours fait partie de tes rêves de créer ta propre entreprise?
Pierre Hamblenne:Oui, c'est une sorte de tradition familiale. Mon père était entrepreneur et je ne me suis jamais posé la question de ce que j'allais devenir, tout s'est fait naturellement. J'ai d'ailleurs choisi de faire mes études à HEC assez instinctivement.
GUIDO: Ces études t'ont-elles aidé lors du lancement de ton entreprise?
Pierre Hamblenne:Il y a une partie des choses qui viennent naturellement; l'esprit d'entrepreneur, tu l'as ou tu ne l'as pas. Il peut venir de la tradition familiale ou d'expériences passées. Il ne faut pas pour autant négliger les bases (en marketing par exemple) que l'on t'apprend à l'université. Il est impossible de réussir sans ces bases très importantes.
 
Plutôt entrepreneur que designer
 
GUIDO: D'où t'est venue l'idée de te lancer dans les vêtements? Es-tu également designer ou seulement entrepreneur?
Pierre Hamblenne:A la base, j'avais l'idée de lancer une marque de vêtements. Une idée assez floue au départ. Ce n'est pas le genre de projet commun comme ouvrir un magasin ou une société de consultance. Au début, je n'avais pas d'équipe autour de moi, je m'y suis donc pris tout seul, y compris pour le design. Petit à petit, la structure a évolué si bien qu'aujourd'hui je me considère plutôt comme entrepreneur que designer.
GUIDO: Quelles ont été les principales démarches que tu as eu à entreprendre lors des premières semaines d'activité de ta société?
Pierre Hamblenne:Je me suis fait encadrer durant les premiers jours, je n'ai pas arrêté de demander des conseils à gauche et à droite. Avoir une idée et être motivé, c'est une chose, mais savoir si elle sera viable en est une autre. D'où l'intérêt de faire valider son business plan. Ensuite, la chasse aux financements peut commencer, via des subsides, via des économies ou via ses parents. De fil en aiguille et de contact en contact, tout s'est passé relativement bien pour moi.
GUIDO: Au début, J&JOY, ce n'était que des polos déclinés en plusieurs couleurs, et maintenant?
Pierre Hamblenne:On a vite décliné la collection et on propose maintenant des modèles uniques, une collection enfant, des vestes, des sweats à capuches, des T-shirts, … Petit à petit, la collection s'agrandit. On en est déjà à notre septième collection et on a constaté une nette évolution par rapport à notre première collection.
GUIDO: Quelle est la philosophie de la marque et pourquoi ce nom, J&JOY?
Pierre Hamblenne:J'ai trouvé le nom de la marque sur un vol en revenant d'Asie. Je voulais un produit positif et coloré, c'est ainsi que je suis arrivé au mot anglais enjoy. Mélangé à une autre expression anglaise (to be in: être à la mode), on en est arrivé à in-joy. Pour le logo, j'ai lancé un concours dans une école de graphisme à Namur et j'ai immédiatement flashé pour un logo bien spécifique. Mais les personnes qui ne connaissaient pas la marque ont commencé à mal la prononcer vis-à-vis de ce logo (voir photo): c'est ainsi que la marque est devenue J&JOY. C'est donc un concours de circonstances. Je tiens également à préciser que nos vêtements se veulent éthiques et sont donc fabriqués sous le label Made in Dignity. Pour chaque produit vendu, une partie de l'argent aide également une fondation pour des enfants en Inde.
 
Enfoncer le clou
 
GUIDO: Comment s'articule une semaine de travail pour toi? Hamblenne:Dans mon secteur d'activités, ça fonctionne plutôt par partie d'année. Le mois de janvier est, par exemple, une grosse saison pour nous. Durant ce mois-là, je travaille de 9 à 19 heures avant de rentrer chez moi pour mieux revenir ensuite ici et travailler jusqu'à trois heures du matin! Alors qu'à d'autres époques, c'est nettement plus calme. C'est ça, être indépendant, on n'a jamais le même montant qui tombe à la fin de chaque mois, c'est assez fluctuant.
GUIDO: Ta marque est présente actuellement dans plus de 100 magasins, comment en es-tu arrivé à cette notoriété?
Pierre Hamblenne:Je n'avais aucune expérience dans le prêt-à-porter ou le textile. Même si j'avais une vague idée du fonctionnement de ce secteur, j'ai appris beaucoup sur le terrain. Lors du lancement de ma première collection, j'ai fait le tour des magasins de Wallonie où j'ai reçu un relativement bon accueil. Ils trouvaient ça en effet chouette que ce soit un jeune Wallon qui lance sa marque de vêtements. Petit à petit, j'ai commencé à me faire voir ou me faire entendre via des buzz marketing.
GUIDO: Comment t'expliques-tu le succès rencontré par ta marque?
Pierre Hamblenne:Je vois ma marque comme un clou que l'on essaie d'enfoncer petit à petit sur une planche en bois. C'est notamment grâce à une image bien communiquée, à de beaux catalogues et campagnes de publicités ou à des associations avec de bonnes personnes (comme des joueurs de foot du Standard par exemple) que le clou est progressivement rentré.
GUIDO: On suppose que ta principale envie maintenant est d'être exporté à l'étranger…
Pierre Hamblenne:Evidemment, la Belgique est un petit marché. Maintenant qu'on a réussi à se faire une place en Wallonie, le but est maintenant de se faire connaître en Flandre et dans les pays limitrophes.
GUIDO: Quels conseils donnerais-tu aux étudiants qui rêvent de monter leur propre société?
Pierre Hamblenne:Il faut avoir une idée en tête et être convaincu par celle-ci, y croire à fond et être ultra motivé. C'est la moindre des choses. Il ne faut aussi surtout pas s'imaginer gagner des dizaines de milliers d'euros dès le début. ça prend en effet du temps avant de pouvoir sortir quelque chose de la société. Il ne faut donc pas faire ça dans le seul but de gagner de l'argent. Enfin, il ne faut pas avoir peur de ne pas compter ses heures, car lancer une entreprise représente un investissement réel dans la vie de l'entrepreneur, cela n'a strictement rien à voir avec le métier d'employé.
 
 

MON JOB D'ÉTUDIANT: Dans une pizzeria

Au cours de cette année académique, nous partons à la rencontre de jobistes étudiants [...]

Ils ont inventé les couverts comestibles!

Parfois, les étudiants n'attendent pas la fin de leurs études pour se lancer dans l'entrepreneuriat. [...]

SOCIAL

Topmovies

Jobs in the picture






 


 

 

 

GUIDO SA est l'entreprise média de niche numéro 1 en Belgique vers le groupe-cible des jeunes (les étudiants en particulier), les écoliers et les young starters.

Bruiloftstraat 127, 9050 Gentbrugge
Tel.: +32 (0) 9 210 74 84