SHOES ON TOP BRUSSELS: Une nouvelle vie pour tes chaussures!

08/12/2017 // Categorie: Starters




Un pressing pour chaussures, comment personne n'y avait pensé plus tôt?! Alors que le concept fait fureur aux États-Unis, le premier commerce belge de ce type vient de voir le jour à Bruxelles. Et derrière Shoes On Top Brussels se cache Alexandre Delepiere, un étudiant de 22 ans en commerce extérieur.


Alexandre DelepiereShoes On Top Brussels et le premier shop à proposer du nettoyage, de la restauration visuelle et de la customisation de chaussures en Belgique. Le nettoyage est fait à la main, sans aucune machine, avec nos propres produits ne contenant aucun ingrédient chimique. En ce qui concerne la restauration, elle est strictement visuelle, comme des griffes ou des retouches, il ne faut pas nous confondre avec un cordonnier. Enfin, la customisation des sneakers peut s'effectuer sur devis, selon les demandes spécifiques du client.

Dreams don't work unless you do

GUIDO: Comment t'est venue l'idée de développer un tel commerce?
Alexandre Delepiere
: Personnellement, je dépense beaucoup d'argent dans mes baskets et je suis quelqu'un de maniaque, j'aime donc toujours porter des chaussures impeccables. Alors qu'on pouvait aller déposer ses vêtements au pressing, ce n'était pas possible pour les chaussures jusqu'à présent. Le principe, c'est de pouvoir être propre de la tête aux pieds, et non plus uniquement de la tête aux chevilles!

GUIDO: C'est bien d'avoir une idée, encore faut-il la concrétiser!
Alexandre Delepiere
: En effet! Comme on peut le lire sur un panneau du magasin: Dreams don't work unless you do. Une fois qu'on a l'idée, il faut se bouger, glaner des infos à gauche à droite, se lancer petit à petit, grâce à mon entourage en ce qui me concerne. Il faut avoir l'envie et se dire que rien n'est impossible.

GUIDO: En semaine, ton magasin ouvre seulement de 16 à 20 heures. Histoire de te permettre de suivre plus facilement tes cours?
Alexandre Delepiere
: Les heures d'ouverture n'ont pas été choisies en fonction de mes études, mais plutôt en fonction de la clientèle. À l'heure actuelle, la majorité des gens travaillent de 9 heures à 17 heures. Lorsqu'ils sortent des cours ou de leur boulot, ils n'ont donc plus l'occasion de faire les magasins ou d'aller chez le coiffeur. C'est pour cette raison que j'ai décidé d'adapter mon horaire. Les étudiants peuvent donc venir déposer ou chercher leur paire de chaussures dès qu'ils ont fini les cours.

À 100%, 24 heures sur 24

GUIDO: Comment arrives-tu à compiler tes études à Shoes On Top Brussels?
Alexandre Delepiere
: Je vis tout à 100%, 24 heures sur 24, autant les études que la paperasse ou les réseaux sociaux. On s'adapte, en quelque sorte. Il faut savoir jongler entre les deux.

GUIDO: Comment réagissent les autres étudiants par rapport à Shoes On Top Brussels?
Alexandre Delepiere
: On peut les catégoriser selon trois types de personnes. Les premiers, ce sont ceux qui te félicitent et te soutiennent. Ensuite, on a les envieux, les haineux. Enfin, il y a les personnes qui font les ignorants, qui font semblant de ne pas connaître. Quoiqu'on fasse, on doit toujours composer avec les haters de toute façon.

GUIDO: Et les professeurs?
Alexandre Delepiere
: Certains trouvent ça bizarre que je sois en classe alors que je suis déjà à la tête de mon entreprise. Ils me regardent un peu bizarrement, comme si je n'étais pas réel! (sourire)

GUIDO: On suppose que ta clientèle est assez jeune…
Alexandre Delepiere
: Non, pas du tout. On voit vraiment des clients de tous les âges débouler dans le magasin. Autant des jeunes de 14 ans que des étudiants à l'unif ou même des retraités et des hommes d'affaires. Il faut savoir qu'on ne travaille pas uniquement les baskets, mais aussi les chaussures à talons. Nous avons d'ailleurs beaucoup de clientes qui travaillent à la Commission Européenne, non loin du magasin.

L'entrepreneuriat dans le sang

GUIDO: Tu es présent sur tous les réseaux sociaux: Facebook, Twitter, Instagram et Snapchat!
Alexandre Delepiere
: D'après mes proches, je suis accro aux réseaux sociaux! Je suis «Alexandre, toujours connecté à Internet», une phrase que mes amis me répètent souvent. Je suis davantage axé sur Instagram dorénavant, un réseau plus visuel, avec ses stories par exemple.

GUIDO: Devenir entrepreneur était-il un objectif de vie?
Alexandre Delepiere
: Selon moi, le business et l'entrepreneuriat, on l'a dans le sang ou on ne l'a pas. Depuis l'âge de 16 ans déjà, je travaille, je suis dans le business, je fais des affaires à gauche à droite. Je m'intéresse à tout et le fait d'avoir beaucoup de responsabilités ne me pose pas de problèmes. Je pense que certaines personnes ne sont pas faites pour ça. Être entrepreneur, ça ne s'apprend pas. On est tous différents, et heureusement. S'il n'y avait que des entrepreneurs, on s'ennuierait.

GUIDO: Comment vois-tu maintenant l'avenir?
Alexandre Delepiere
: Ce que j'espère actuellement, c'est que tout le monde nous donne la force de réussir. Parce que c'est important d'être bien vu aux yeux de tous. Même s'il y aura toujours quelques haters, comme on dit, mais ça ne nous pose pas problème. À terme, on veut développer Shoes On Top Brussels et être la référence sur Bruxelles. Continuer à proposer un travail de qualité afin de satisfaire la clientèle à 100% et ainsi les fidéliser. J'ai beaucoup de projets dans la tête, mais ils sont encore 'en chargement'… Je n'aime pas parler sans avoir quelque chose de concret en tête.

Plus d'infos sur www.shoesontop.com



Retour à l'aperçu

Comments

Autres articles Guido intéressants

Suis-nous aussi sur les médias sociaux ci-dessous

Ce site participe à l’Etude CIM Internet. Les sites qui reprennent le logo rassemblent des données sur le nombre de visiteurs et de pages visitées à l’aide de cookies. Un cookie est un petit fichier texte qui est placé par un serveur sur le disque dur de votre ordinateur. Aucun logiciel supplémentaire n’est installé. Un cookie n’endommage en rien votre matériel ou les programmes que vous utilisez.

Les données qui sont récoltées dans le cadre de cette étude sont tout à fait anonymes. Elles servent uniquement à la comparaison du nombre de visiteurs sur les sites participants. Vous trouverez de plus amples informations sur l’étude et sur les résultats de la mesure sur  le site du CIM. .