Image
19/04/2018

LES AIR GAMES: Du fun à grande échelle!

Au cours des prochains mois, les Air Games envahiront les plus grandes villes de Wallonie et de Flandre (tous les lieux et dates sont disponibles sur www.air-games.com). Inspirée de l'émission Total WipeOut, cette course permettra à ses participants de s'affronter entre amis sur des obstacles gonflables tous plus fous les uns que les autres. Derrière de nouveau concept se cachent Colin Goubau et Simon Trussart, deux jeunes entrepreneurs de 32 ans qui ont chacun décidé de quitter leurs jobs respectifs pour se lancer à 100% dans cette nouvelle aventure plutôt… gonflée!


GUIDO: Votre core business, ce sont les événements sportifs en tous genres. Pourquoi avoir décidé de prendre cette direction?
Colin
: Notre passion à la base, c'est le sportif et l'événementiel. On a commencé par des sports 'nature' qui ont recueilli un certain succès à leur échelle. En lançant notre première course à obstacles (ndlr: la Sand Race, une course dans le sable cumulant 20 obstacles différents), on s'est rendu compte qu'il était possible de rassembler les foules dans des événements grand public, de créer une société et d'en vivre professionnellement. À la suite du succès de la Sand Race, on a vu qu'il y avait moyen de faire quelque chose. C'est ainsi que les Air Games ont vu le jour.

Pas de classement, juste du fun!

GUIDO: Au contraire de vos autres événements, les Air Games ne sont plus une compétition…
Simon
: En effet, il n'y a pas de dossard, il n'y a pas de chronométrage, il n'y a pas de classement, il n'y a pas de podium. Par contre, ça reste un parcours, une activité sportive et physique. Du coup, c'est ouvert à un plus large public. Le concept est très simple: sur un parcours de cinq kilomètres se trouvent dix structures gonflables géantes (motorisées pour certaines). L'idée, c'est de prendre du plaisir en essayant de franchir l'obstacle. L'objectif, c'est clairement de s'amuser.

GUIDO: Faut-il avoir forcément être un grand sportif pour y participer?
Colin
: Le public sera forcément plus large que dans nos autres événements. On table sur des participants allant de 12 à 60 ans. Il ne faut pas être un grand sportif, juste être en condition physique normale et vouloir prendre du plaisir.

Simon: Il faut simplement être capable de grimper, de sauter et de ramper.

GUIDO: Hormis le parcours en lui-même, d'autres activités seront-elles proposées sur place?
Simon
: Tous les quarts d'heure, une nouvelle vague de participants prendra le départ. Avant de se lancer, un coach sportif proposera un échauffement pour éviter les blessures et déjà se mettre dans l'ambiance. Il y aura aussi des bars et des foodtrucks pour continuer à prendre du bon temps sur place.

À quand la chute?

GUIDO: Les Air Games se rapprochent davantage de Total WipeOut que de Ninja Warrior?
Simon
Ninja Warrior, c'est clairement destiné à des athlètes, WipeOut moins. Par cet aspect, on se rapproche évidemment plus de ce concept. Comme dans WipeOut, on attend la chute, que les gens tombent dans l'eau. C'est ça qui est marrant.

GUIDO: Comment convaincriez-vous les étudiants à participer à votre événement?
Colin
: C'est vrai qu'il y a beaucoup de courses à obstacles. Mais, les Air Games, c'est tout nouveau, c'est gigantesque, c'est unique en Europe par rapport à ces autres événements similaires qui existent déjà.

Simon: Souvent, on voit que les gens ont envie de participer à un événement mais n'ont pas le courage ou la motivation de le faire à cause des contraintes physiques, sportives ou de matériel (il faut un vélo ou un maillot spécial). Contrairement aux Air Games qui sont accessibles à tous les membres d'une même famille, d'un groupe d'amis, d'une unité scoute, d'un auditoire, … C'est l'activité parfaite à faire avec un groupe d'amis.

GUIDO: Vous avez également besoin d'étudiants dans votre staff?
Simon
: On a besoin de beaucoup d'étudiants pour étoffer notre staff le jour J. C'est aussi une chouette possibilité de participer à l'événement en étant du côté des organisateurs. Faire un Air Games en tant que participant et un autre dans le staff, ça peut être sympa aussi!

Le running diversifié à l'infini

GUIDO: Comment se fait-il que le running soit tellement à la mode depuis quelques années?
Simon
: La population devient de plus en plus sédentaire. Il y a quelques années, une conscientisation s'est opérée, liée à la santé et aux pouvoirs publics qui ont promotionné l'activité physique. La course à pied a alors remporté un franc succès. Depuis cette conscientisation, de plus en plus de dérivés existent pour diversifier cette course à pied, et nous en faisons partie avec tous les événements qu'on organise. 

GUIDO: De nouveaux concepts sont-ils déjà en gestation?
Simon
: Notre ADN personnel, à Colin et à moi, il est dans le sportif et dans l'outdoor, donc nos prochains concepts tourneront certainement autour de ça.

Colin: Pour être tout-à-fait honnête, on est à fond dans le concept des Air Games, on n'a donc pas vraiment de nouvelles idées même si on pense déjà à la suite.

L'amitié, la clé du succès?

Se lancer à deux, c'est bien. Se lancer entre amis, c'est mieux! Telle est la philosophie qui s'applique parfaitement à Simon et Colin, nos deux starters qui étaient déjà amis de longue date avant de lancer leurs différentes événements sportifs. Même s'ils avouent continuer à faire attention que cette relation ne se détériore pas à cause du travail. «On sait que le fait d'être amis comporte un risque très élevé et on y fait donc très attention. On n'a pas envie que notre société puisse influencer notre relation. Pour le moment, on s'en sort bien mais on reste toujours conscients qu'il y a un risque,» nous explique Colin. Quant à Simon, c'est un réel plaisir pour lui de développer un projet entre amis: «J'aurais pu avoir un associé aussi compétent que Colin mais avec aucune affinité extérieure au travail, ce qui aurait été nettement moins drôle au quotidien.» Bon, on ne va pas se mentir, il y a bien parfois quelques prises de bec entre les deux copains: «Mais pas plus qu'avec un autre employé! Au contraire, on peut avoir des discussions beaucoup plus saines grâce à notre complicité,» tient à souligner Colin.

Après quelques années dans le secteur pharmaceutique pour l'un et dans l'enseignement spécialisé pour l'autre, Colin et Simon se sont lancés à 100% dans Denali Outdoor Events (le nom de leur société) depuis maintenant un an et demi. Ce qui leur donne une satisfaction supplémentaire: la motivation d'être leurs propres patrons. Colin: «Ça m'aide à me lever le matin avec le sourire, ce qui n'était pas toujours le cas quand j'étais employé. Je travaillais personnellement dans de grosses sociétés pharmaceutiques; je ne pouvais donc pas toujours mesurer l'impact de ce que je faisais. Ici, dès qu'on prend une décision, on voit immédiatement le résultat qui s'opère.» Et si en plus, c'est dans la bonne humeur, que demander de plus?!


Et si on réconciliait les jeunes et la politique?

Parfois, les étudiants n'attendent pas la fin de leurs études pour se lancer dans l'entrepreneuriat. [...]

Connaissez-vous le programme 'Global Graduate Trainee' de Puratos?

Pour en apprendre un peu plus sur ce superbe programme destiné aux jeunes diplômés, [...]

  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider
  • Slider

SOCIAL

Jobs in the picture






 

 

GUIDO SA est l'entreprise média de niche numéro 1 en Belgique vers le groupe-cible des jeunes (les étudiants en particulier), les écoliers et les young starters.

Bruiloftstraat 127, 9050 Gentbrugge
Tel.: +32 (0) 9 210 74 84